voir l'art autrement – en relation avec les textes

Philosophie délirante – ( RC )


A la philosophie vivante,
j’associe la délirante
A l’amour magicien
Chacun y met du sien
Dans son beau palais
Cléopatre fait des siennes
Elle a fermé les persiennes
César en faux con maltais
On lui a grillé les neurones
Il monte la garde au fond du Rhône
Caché longtemps dans l’abri liquide
D’une eau pas très limpide

Nerva ( presque César) Getty Villa

Il eût été inspiré de rester à Rome
Sans courir après les fantômes
Ni convertir les celtiques
Par la langue de bois politique
On aurait préféré l’amour magicien
A l’habileté du politicien
Et qu’il laisse ses bataillons
Manger cornichons et graillons.
A force de courser Cléopâtre
Et son profil d’albâtre
Il a loupé l’été,     la plage
Le soleil,     et le bronzage
Et les pieds en éventail
Plutôt qu’un champ de bataille…

cet article  est une réponse complément à celui de JoBougon    :  voir  http://jobougon.wordpress.com/2011/10/12/philosophie-vivante/#comment-2438

Publicités

Une Réponse

  1. Grimaces de singe

    Tu peux toujours grimacer l’Italien
    Et peux courir derrière ses chiens
    Les loups sont tous dans ses détours
    Prêts à tout pour aimer l’amour

    Belle Cléopâtre désenchantée
    Viendrait alors se glisser
    Dans tes draps pour avoir là ton art
    A la faire naître dans tes regards

    Tu joues les délires enchâssés
    Sur les bagues que tu fais monter
    Mais Marc-Antoine arrive déjà
    Pour couper l’herbe sous tes pas

    Mais tu sors du rôle établi
    Oh grand César qui aime la vie
    Tu échappes ainsi à la mort
    Tout en gagnant le cœur en or

    De la si belle Marquise aimée
    Qui te vénère, est au regret
    De n’avoir pas su te garder
    Auprès de son arbre sacré

    Elle aime tellement la vie des bois
    Marquise va courir dans la joie
    Et tu continue à l’aimer
    Pour l’évidence de ses secrets

    Vous avez sorti le grand jeu
    Elle avait les deux joues en feu
    Elle ne voyait plus que le bleu
    Qui flamboyait dans tes aveux

    De César à Marquis tu vois
    Faudrait pas trop moquer les rois
    Parce-que sinon c’est mes dix doigts
    Qui vont atterrir sur tes lois…

    J'aime

    10/27/2011 à 20 h 40 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s