voir l'art autrement – en relation avec les textes

Le heurt des ombres fait silence (RC)


C’est une ligne qui jamais ne fatigue

Elle porte une surface, rase ou plissée, selon,

Le heurt des ombres fait silence ,et

Le ciel s’incruste avec, courbe l’horizon

Et nous, de même…….

 

rencontres   -  aquarelle non figurative  - - création perso

Ce que le jour donne à voir, nous l ‘habitons

Et le tragique modèle les ombres, en érosion

Griffe et sépare d’un trait de pinceau nerveux

Des plateaux majestueux, la toile horizontale

Avec des rêves d’îles, c’est le souvenir d’une mer,

D’un espace en suspension, avec la part d’attente

 

Accrochée aux sentiers et bouquets vert-de-sombre

De l’aimée qui n’a jamais goûté

L’austérité veloutée, et des gris feutrés

Et du souffle neigeux du chant de la terre

 

Regardant le passage de l’hiver

En se rappelant ce qui fut hier

La grande mer qui conduisait à toi

Et moi, de même ……..

 

la peinture  en accompagnement, est une  création personnelle  intitulée  « rencontres »,   technique utilisée : aquarelle

5 Réponses

  1. Pingback: A la mer retirée « Poézique-zique, tique et pique- mots et gammes

  2. on a envie de soulever un à un tous les rideaux pour découvrir le soleil qui décline
    j’ai bien du mal à laisser des coms, ça zappe à chaque fois

    J'aime

    11/09/2011 à 18 h 00 min

  3. Ce que le jour donne à voir, nous l ‘habitons

    Et le tragique modèle les ombres, en érosion

    Griffe et sépare d’un trait de pinceau nerveux

    Des plateaux majestueux, la toile horizontale

    avec la part d’attente

    Accrochée aux sentiers et bouquets vert-de-sombre »

    J’aime ton texte…et surtout cette partie, car les jours je veux les habiter, là où je suis . Si les lieux sont magnifiques de  » vert-de- sombre » je ne veux pas de rêves marins.
    je t’emprunte cela pour un prochain blog!!!

    J'aime

    11/17/2011 à 12 h 30 min

  4. marie-ne

    Une rencontre des éléments, peut-être…

    J'aime

    11/20/2011 à 10 h 54 min

  5. C’est ce que suggère mon aquarelle, … mais en fait il s’agit d’une rencontre passée ( ayant eu lieu ) …- sur le mode sentimental, en parallèle avec le monde géographique…

    de fait c’est en liaison avec mon texte précédent: https://ecritscrisdotcom.wordpress.com/2011/10/25/a-la-mer-retiree/

    Je ne sais si tu connais les régions des grands causses ( Sauveterre, Noir, Méjean, Larzac), qui sont les plus étendus et connus, mais leur présence en plateaux témoigne effectivement d’une ancienne mer ( la Méditerranée était à nos pieds), qui est allée s’établir plus loin…

    Toujours est-il que le moutonnement des collines sur ces causses, fait assez penser à des vagues fossilisées… et les profondes vallées du Tarn, du Lot, et la Jonte, à ces griffures dont je parle avec l’expérience du peintre.

    J'aime

    11/20/2011 à 11 h 17 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s