voir l'art autrement – en relation avec les textes

Eugénio de Andrade – Les paroles


Eugénio de Andrade – Les paroles

 

 

Elles sont comme un cristal,

les paroles.

Certaines, un poignard,

un incendie.

D’autres,

seulement de la rosée

 

Grosses de mémoire, elles viennent en secret.

Incertaines, elles naviguent ;

navires ou baisers,

les eaux frémissent.

 

Désemparées, innocentes,

légères.

tissés de lumière,

Elles sont la nuit.

Même pâles,

elles rappellent encore de verts paradis.

 

Qui les écoute ? Qui

les recueille, ainsi,

cruelles, défaites,

dans leur nacre pure ?

 

montage perso à partir de photos d'Italie ( Pouilles)

2 Réponses

  1. Fluctuance

    Ce que tu nous donne est si dense
    Que j’ai encore dans mes oreilles
    Le chant de tes mots en souffrance
    Ceux que tu me dirais peut-être
    Si j’ouvrais toute ma bouteille
    Sans que tu sois seulement atteint
    Par la portée de mes mots teints
    Qui œuvrent dans des fonds sans fenêtres.

    J'aime

    11/01/2011 à 2 h 12 min

    • A plusieurs longueurs de l’avance
      Ce que ton coeur balance
      Et ton corps baille
      La couleur canaille
      Je ne sais mes mots en souffrance
      S’ils interpellent, manigancent
      Mais les tiens sont vermeils
      Et me maintiennent en veille
      Coussins sur l’âme d’air
      Verse ta bouteille à la mer

      J'aime

      11/01/2011 à 18 h 33 min

Répondre à rechab Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s