voir l'art autrement – en relation avec les textes

Rabah Belamri – l’olivier boit son ombre – 03


il est des mains

si mangées par l’ombre

qu’elles ont oublié la prière des étoiles

il est des pierres habitées par une rumeur d’herbe

qui attendent la pluie

il est un poème plus vaste que la Nuit du Destin

Une Réponse

  1. Les rigueurs des usures
    Donnent ainsi un goût sûr
    Aux couleurs de la vie
    Quand usés et maudits
    Ceux qui l’ont trop aimée
    S’en retrouvent désolés
    Dès lors qu’il se rendent compte
    Que rien n’est vraiment simple
    Que le temps seul décompte
    Aux récoltes du durable
    Dans l’effort de faire voir
    L’essence de l’existence.

    J'aime

    11/02/2011 à 22 h 36 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s