voir l'art autrement – en relation avec les textes

Paul Eluard — Oeil de sourd


ŒIL DE SOURD

Faites mon portrait.

Il se modifiera pour remplir tous les vides.
Faites mon portrait sans bruit, seul le silence
A moins que — s’il — sauf — excepté —
Je ne vous entends pas.

Il s’agit, il ne s’agit plus.
Je voudrais ressembler —

Fâcheuse coïncidence, entre autres grandes affaires.
Sans fatigue, têtes nouées
Aux mains de mon activité.

 

extrait de  « capitale de la douleur »

 

5 Réponses

  1. Avoir la tête de l’emploi?

    J'aime

    11/14/2011 à 23 h 41 min

  2. Odorat

    L’aile du nez du muet ivre
    Refuserait de se faire vivre
    Aurait sans doute une fonction
    A remplir avant la question

    La patience est un bel ouvrage
    Qui demanderait du courage
    A s’acheminer doucement
    Dans une direction autrement

    Le maître du jeu décide
    De ce qui doit se faire avide
    Pour mieux amener le sujet
    A aller vers se dépasser

    Pour faire la réalisation
    Des chemins de vie en passion
    Et mieux se vivre dans un couple
    Qui n’aurait pas le vent en poupe

    S’il n’avait pas dans son giron
    Un poulpe gonflé d’affection
    Celui-ci demande à œuvrer
    Vers de plus amples destinées.

    J'aime

    11/15/2011 à 7 h 26 min

    • Avoir le nez en l’air
      Vers de plus amples destinées
      Voila qui va me plaire
      Au voyage du nez

      René et l’odorat
      Marquise a ses fragances
      A ton incarnat
      C’est la danse à Byzance

      Et au parfums, les ailes
      Se gonflent de ton luxe
      D’odeurs qui se mêlent
      Au miel et au musc.

      J'aime

      11/15/2011 à 8 h 54 min

  3. Quel nez

    Ah ! Votre nez Marquis !
    Ce nez rond qui m’aurait conquise
    Rappelez-vous sur la banquise
    Combien votre air m’a éblouie

    Vous avez l’aria et le vent
    Un portoloin, un éléphant
    Un dromadaire et un faucon
    Et moi je vous faisais le pont

    Et de Grasse venaient vos fragrances
    Dans un théâtre plein d’élégance
    Vous m’avez apporté Byzance
    Je vous le rendrai en aisance

    Voici mes présents de rois mages
    Plein d’ambroisie dans mes corsages
    Vous m’avez offert le nectar
    Veuillez recevoir tout mon art

    A vous dire combien j’apprécie
    Votre amitié très cher Marquis
    Et combien c’est votre odorat
    Qui a ouvert tout ça en moi.

    J'aime

    11/17/2011 à 6 h 29 min

  4. marie-ne

    A vue de nez, elle a l’air ici et ailleurs…. un bouillonnement d’émotions qui ne la laisse pas en paix… gros vertige. 🙂
    ( au vue de l’illustration.. 🙂 )

    Bonne continuation Rechab, merci pour les ptits moments ici, et Bon dimanche.

    J'aime

    11/20/2011 à 10 h 59 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s