voir l'art autrement – en relation avec les textes

Luis Cernuda – Parle-moi, ma mère


« Parle-moi, ma mère ;
Je te donne ce nom car
Aucune femme ne le fut d’aucun homme
Comme tu l’es pour moi.
Parle-moi, dis-moi

Un seul mot en ces jours immobiles,
En ces jours informes
Qui contre toi se dressent
Tels d’amers poignards
Aux mains de tes propres fils. »

peinture flamande: D Bouts -vierge à l'enfant XVIè s mus Correr.JPG

2 Réponses

  1. Les mères ont appris à se taire, Ren.

    J'aime

    11/25/2011 à 15 h 39 min

  2. Ou soi -même à se taire par rapport à sa mère…
    les deux peuvent se faire par l’incompréhension, la rupture des générations, mais aussi par la « réserve »…
    Autant d’une autre façon, il peut y avoir un dialogue dans l’espace des possibles ( Tout sur ma mère d’Almodovar, si je me rappelle bien, entre dans ce domaine)..

    J'aime

    11/25/2011 à 18 h 39 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s