voir l'art autrement – en relation avec les textes

Eugène Durif – L’étreinte, le temps 02


 

 

 

 

 

photo: DiLucie

 

 

 

Cela,

ne pouvons le voir ni l’approcher que par trouées intermittentes, _ espace silencieux des signes, les gestes frôlés des choses posées dans l’ en-face.

Elles disparaissent, unes et déchirées, la lumière se retire d’elles, les laisse exsangues.

sur ce chemin qui descendait, ouvrait sur le vide à contre-ciel? Une poussée répétée,

douce fut la nuit comme taie sur l’œil

et si nous parlions

c’était en cris déchirés,

langue énigmatique dans l’oubli de la nuit.

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s