voir l'art autrement – en relation avec les textes

Eugène Durif – L’étreinte, le temps 06


 

 

 

Central park NY

 

 

 

 

 

 

 

 

Voix voilées de brume.

D’un seul tenant, comme

elles tombaient devant nous les maisons étagées des collines.

Le jour glissant à sa perte,

à peine bougions-nous

pour un peu de lumière.

Une Réponse

  1. Clos en ce nous, dehors était ailleurs.
    Et la brume s’en allait sans nous salir.
    Nous étions éclairés de nous-mêmes.

    J'aime

    12/03/2011 à 16 h 15 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s