voir l'art autrement – en relation avec les textes

Joël Bastard – Le sentiment du lièvre


photo - National Geographic: la forme inclinée de l'arbre - Tanzanie - Martin Schoeller

JOËL BASTARD
Le sentiment du lièvre

Les pointes souples de l’érable dessinent le vent sans retenir sa forme. Elles nous donnent à voir son corps qui passe longuement. Chargé d’épices, d’aubes musquées. Chargé du sentiment lointain des pelages.

sur Joel Bastard,  voir  la page  de  « lieux  dits »

2 Réponses

  1. Basculement magnifique entre la sensation et le sentiment, entre le corps et la pensée. Entre le corps et l’âme?
    Panthéisme?

    J'aime

    01/28/2012 à 15 h 55 min

  2. L’homme cherche toujours à s’élever car il sait qu’il ne volera jamais sans une volante machine.

    J'aime

    01/29/2012 à 13 h 04 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s