voir l'art autrement – en relation avec les textes

tes mots à survivre (RC)


dessin: planche  de botanique  ancienne

dessin: planche de botanique ancienne

 

 

Peut-être que tu ne survivras pas à tes mots
Si ceux ci portent une charge toxique
Et qu’ils procurent à leur auteur mille maux
En se reproduisant de famille, prolifiques

Mais on peut imaginer que l’inverse le soit
Et qu’en vin des marges, ils remplissent
Les recueils, et d’indépendance, soient
Au point qu’ils te survivent avec délices

Ces signes qui nous inventent
Vont aussi nous guider
A traverser la mort lente
Mourir pour des idées

C’est bien Georges qui le chante
Et toujours, on le fredonne
Brassens nous enchante plus que hante
Et ses paroles résonnent

A la série des pages ouvertes
On peut voir le temps qui tasse
Du jardin, à la grande fenêtre
Les écrits ne s’envolent ni s’effacent

La parole se donne, orale
Les poètes anciens ,heureux élus
Hugo, Rabelais, de Nerval
La parole écrite est encore lue.

L’étonnant cristal d’immatériel
De la parole qui touche l’âme
Traverse encore tous les ciels
Et nous joue encore ses gammes

Shakespeare, Othello et Ophélie
Au théâtre des hommes, éternel
Et la voix cassée de Billie
Si vivante, belle, très actuelle…

Se nourrissent de mots précieux
Distribués à travers l’espace
Comètes et météores audacieux
Mais nous en avons toujours la trace

 

——–

 

Réponse  à JJ Dorio  pour  son  « vin des marges »

Une Réponse

  1. VIVRE POUR DES IDÉES

    pour remercier

    Zim boum boum! On parade

    C’est le quatorze de juillet

    Brassens fait sa grasse matinée

    Et Prévert casse son œuf dur

    au comptoir de la Fraternité

    Et à la Bastille

    ses danseurs perpétuels

    font des tours et des tours

    sous les pavés la plage

    de java et de jazz

    Dieu est nègre !

    clame Ferré

    le camarade contestataire

    Zim boum boum!

    Braves pioupious du dix-huitième

    Et de la République à la Nation

    Avec son équilibre instable

    Qui la précipita vers ses vieux généraux

    Qui aimaient la chair fraîche et les décorations

    Heureusement Brassens est là la la la la

    En ce jour de Fête et d’Artifices à la Tati

    Il dort le bougre et il roupille de ce sommeil égalitaire

    que lui procure sa muse antiguerrière

    qui veut Vivre et non pas

    Mourir pour des Idées

    Et Vive La Liberté !

    J'aime

    02/18/2012 à 3 h 42 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s