voir l'art autrement – en relation avec les textes

Gerard de Nerval – Point noir


 

 

 

 

Le point noir

Quiconque a regardé le soleil fixement
Croit voir devant ses yeux voler obstinément
Autour de lui, dans l’air, une tache livide.
Ainsi tout jeune encore et plus audacieux,
Sur la gloire un instant j’osai fixer les yeux :
Un point noir est resté dans mon regard avide.
Depuis, mêlée à tout comme un signe de deuil,
Partout, sur quelque endroit que s’arrête mon oeil,
Je la vois se poser aussi, la tache noire !
Quoi, toujours? Entre moi sans cesse et le bonheur!
Oh !  c’est que l’aigle seul – malheur à nous, malheur! –
Contemple impunément le Soleil et la Gloire.

5 Réponses

  1. Ainsi portons nous en nous ce qui salit.

    J'aime

    02/14/2012 à 21 h 05 min

  2. Bonsoir Ren

    merci pour ce poème, d’un poète, mélancolique, tout comme cette poésie…qui reflète bien la mélancolie… On dit que bien des poètes ont écrits de leur plume, visionnaire, un présage d’avenir… Gérard de Nerval s’est pendu…la gloire est scintillante, elle attire l’homme, aveuglante comme le soleil…mais si perissable, tout comme l’oeuvre d’un poète, qui cependant laisse sa trace dans l’ombre des plus GRANDS. Merci ren, belle soirée à vous. Toute mon amitié, et ma rose. Corinne (Cronin)

    J'aime

    02/15/2012 à 21 h 08 min

  3. merci Corinne;..
    oui, vous avez raison, la question de la gloire, de la reconnaissance ( est importante notamment pour quelqu’un qui souhaite vivre de son expression artistique)…

    mais au-delà, ( de la gloire) ou en deçà… je m’attache souvent à sortir de l’ombre des poètes qui ne sont pas connus, parce que leur trace est aussi surprenante, par leur choix, que celle des plus grands ( qui n’ont pas forcément besoin de davantage de reconnaissance)…

    En fait c’est plutôt la question de la trace qui m’intéresse… comment à travers le temps, les ages, une écriture, une voix, une musique, une peinture nous parvient, et ce qu’elle suscite en nous, que cela soit du très ancien ( je pense aux musiques de la Grèce Antique), ou au plus contemporain, c’est un ressourcement constant – notre approche, notre lecture, de ces expressions.

    RC

    J'aime

    02/24/2012 à 15 h 22 min

  4. Mais la Poésie?
    La vivacité, l’alegría, le signe
    lâché, jeté, sans penser au comment ni
    au pourquoi : préceptes des Lettrés chinois.

    Je suis Su Shi, Mi Fu, Liu Yong, Chen Honysou…
    Mais le pinceau est devenu pointe noire
    d’un feutre qui me fait entrer sur la page
    par une porte dérobée. Brosser les mots,
    les signes et les traces, souffles et vigies,
    sans repentirs. Il faudra creuser tout ça.

    J'aime

    02/27/2012 à 10 h 29 min

  5. La poésie est une forme d’appréhension du monde, par la littérature, les jeux avec les sonorités et les images..
    Il peut y avoir necessité d’expression, comme aussi véritablement un jeu, ( ou les deux )
    en tout cas jouer – déjouer les règles du jeu ( règles du Je, aussi )… comme l’interprète joue sa partition, et joue avec.

    La trace, selon la personnalité de l’auteur, pouvant prendre des chemins tout à fait particuliers, et surprenants.

    Le signe lâché, et jeté des calligraphes , comme ceux des plus grands peintres ne s’improvise qu’à travers une longue pratique, et cheminement intérieurs.

    J'aime

    02/27/2012 à 10 h 46 min

Répondre à rechab Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s