voir l'art autrement – en relation avec les textes

Jacques Chessex – désir de la blancheur


photo personnelle Mont Lozère, mars 2006

J’emprunte à bleupaille, son article  sur l’écrivain Jacques Chessex*

Si le désir de la blancheur t’enveloppe
Sans hâte ami ouvre ta porte
A l’aube tu te rappelles le bras maternel
Et il neige ô cadeau de la neige
Sur toute blessure
Les haies du coeur
Peu à peu adoucies par cette étreinte
Et moins de bruit moins de terre
Ton corps allant à l’air
Ton esprit à son seul mouvement
Par le blanc de la parole sans mots
La certitude de l’être
Comme un feu qui ne s’éteint
Ni au blanc en toi qui rêve

(         je bénéficie  de deux  traductions de personnes  qui manipulent mieux  l’anglais  que moi-même ; et qui ont  bien voulu me transmettre leur vision des choses  –

merci à Brigitte  et Aidan… dans l’ordre  d’apparition, comme on dit —  thanks a lot !      )

If the desire of whiteness wraps you

Without haste, friend, opens your door,

At dawn you remember yourself the maternal arm

And it snow, ô present of the snow

On any wound

The hedges of the heart

Little by little eased by this embrace

And less noise less ground

Your body going to the sight

Your spirit in its only movement

By the white of the word without words

The certainty of the being

As a fire which does not go out

Nor to the white in you who dreams

If you become enveloped by a desire for whiteness

Then, friend, open your door to it without haste.

At dawn you will recall being in your mother’s arms

And it is snowing ( oh gift of snow ! ) on your every wound.

The defenses around your heart are, little by little, softened by this embrace ;

There is less noise, less of the things of this world.

Your body is taking to the air

And your mind, in a singularity of movement

Is, by blank speech without words, coming to a certainty of being,

Like a fire that will never go out  –

Like the everlasting whiteness in the you who dreams

Une Réponse

  1. Merci infiniment René d’avoir mis en ligne ma modeste contribution.
    En toute simplicité et honnêteté , je trouve la traduction d’Aidan très belle , car elle est aérienne dans d’une poétique parfaite ,  » a gift of snow  » , and a real one !!
    Bravo Aidan, ta traduction est un bonheur à lire !!

    J’aime

    03/13/2012 à 21 h 21 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s