voir l'art autrement – en relation avec les textes

Cat – Le soleil


photo:        –  arbre rétro-éclairé,            –    auteur non identifié

 –

Cat,  d’où j’avais  extrait  la courte  citation de Marguerite Duras,   a un blog  très intéressant et documenté, elle m’a  autorisé  à publier ses parutions,   voici l’un d’elles

 

Le soleil ..

Le soleil se voilait,
La nuit s’annonçait
Dans une soudaine fraîcheur
Qui le fit frissonner.

Il sait ces soirs
Où la langueur
Se pose.
Il ferme les yeux,
Inspire,
Ressent,
Pressent.

Le noir gagne
Comme un sommeil
Qui pourtant le fuira,
Comme souvent.

Il voudrait dire
Cet impossible à dire,
Mais à qui ?
Parler de ce vide abritant sa vie,
Comme un désespoir muet
Une béance,
Une absence.

Il regarde Paris s’éteindre,
S’immobiliser dans un silence
Comme un temps éternel,
Où lui seul demeure.

Il ne cherche plus
Ni ne demande,
Il est là … et ailleurs
Le passé, le présent, le futur
Se troublent, se confondent
S’entrecroisent,
S’annihilent
Et lui s’y perd.

Il y a longtemps
Sur ce quai de seine,
Une femme jouait un air,
L’air de rien.
Lui écoutait,
Condensant sa vie
Dans une partition.

Il tente mais en vain
De se rappeler les notes,
Celles qui l’ont enfermé
Dans un rêve sans fin,
Une sorte d’éternité
Sans histoire,
Où la sienne s’est perdue.

et j’ai tenté la traduction suivante   (  toute meilleure  version suggérée, sera la bienvenue)

The sun was veiled,
The night promised
In a sudden freshness
Which made him shiver.

He knows those evenings
Where the languid
Arises.
He closes his eyes,
inspire
feels,
Crowd.

Black wins
As sleep
Which nonetheless will flee,
As often.

It would mean
This impossible to to say,
But to whom?
Talking about what his life empty houses,
As a quiet desperation
A gap,
An absence.

He looked Paris turn off the lights,
In a silent despair
As an eternal time,
Where he remains,alone

He no longer seeks
Nor request
It is here … and elsewhere
The past, present, future
Trouble are blending together
Intersect,
Annihilate each other
And he’s losing himself in
A long time ago
On this quay of the Seine,
A woman  was playing a tune,
Looking  like nothing matters

He was listening,
Condensing his life
In a partition.

Trying in vain
To remember the notes,
Those who locked him
In an endless dream,
A sort of eternity
Without history,
Where his own strayed.

Publicités

3 Réponses

  1. Cat

    merci

    J'aime

    03/18/2012 à 16 h 52 min

  2. Texte et photo me plaisent beaucoup…si j’avais un peu de temps pour la traduction, je reviendrais.

    J'aime

    03/21/2012 à 22 h 14 min

    • et bien volontiers..

      J'aime

      03/23/2012 à 21 h 36 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s