voir l'art autrement – en relation avec les textes

Ile d’atomes ( RC)


affiche du film "pluie Noire" d'après le roman de Masuji Ibuse

 

 

C’est une île fantôme

Peuplée de courants d’air

Et venins de vipères

Désertée par les hommes

 

Vagues aux  reflets diamantés,

C’est une longue suite

D’errances et de fuites,

Sur la mer démontée

 

C’est une ville fantôme,

Peuplée d’activités mortes-nées

D’usines sinistres abandonnées,

Au bourdonnement des atomes

 

C’est un pays haut en tensions,

Hanté par ses tombes

L’éclair  d’une bombe,

Soumis  aux  radiations.

 

C’est un avenir bien morne

A l’empoisonnement lent

D’une terre qui attend

Un futur difforme

 

Qu’on laisse  dériver

Au gré de l’océan

Quelque part dans le néant

Pour ne jamais arriver…

——-

 

It’s a phantom island

Inhabited by air streams

And vipers venoms

Deserted by men

 

Waves ,with shimmering diamond

This is a long suite

On the vagaries and escapes,

Upon the rough sea

 

This is a ghost town,

Full of   still-dead business
On claims abandoned factories,

To the  hum of atoms

 

It is a country with high voltages,

Haunted by his graves

The flash of a bomb,

Subjected under  their  radiations.

 

This is a very dull future

A slow poisoning

In a land waiting

A  distorted future

 

Left to drift

At the will of the ocean

Somewhere in the nothingness

To never arrive …

 

—-

( en relation avec les  évènements  subis ou portés  par le Japon:  Hiroshima, Fukushima,   et  l’ouvrage  « pluie noire » du roman éponyme de Ibuse Masuji et porté à l’écran par Shōhei Imamura ).

In relation with the  Japan’s events  like Hiroshima, Fukushima, and the novel of Masuji Ibuse   » black rain »…

( see the movie with the  same  name of Shohei Inamura)

RC  22-03-2012

3 Réponses

  1. Cher R,
    ïle d’atomes est un beau poème jeté sur la grande mer virtuelle où nous venons si souvent nous réfugier, pour échapper aux radiations nucléaires et psychiques qui enlaidissent la réalité. Merci pour ce blog luxuriant comme un jardin d’Eden.

    J'aime

    05/15/2012 à 16 h 01 min

    • merci bien, et venant de toi
      la saveur de l’appréciation, me touche d’autant…

      René C

      J'aime

      05/15/2012 à 17 h 16 min

  2. Merci pour ce lien qui me permet de découvrir un très beau poème aux accents douloureusement réalistes. Le film, je ne le connaissais pas, mais je me renseignerai. Je reviendrai visiter ce blog aux couleurs chatoyantes. A bientôt !

    J'aime

    04/11/2013 à 23 h 15 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s