voir l'art autrement – en relation avec les textes

La vie chrysalide (RC)


 

photo perso: signes au sol.Le Villaret 2009

 

La vie  chrysalide-

 

 

Ma chrysalide  je me la suis  construite

Modelée de cœur et de pensées, —– j’y habite

Un cocon tapissé de musiques, de toiles en attente

De travaux en cours, la truelle pour modeler les fentes

 

Mais au cours des années,            dans ce petit endroit

J’y ai mis tant de choses,               que je suis à l’étroit

Mes chapitres s’entassent,            les écrits s’empilent

Mon histoire, je l’ai peinte,     et les années      défilent

 

Quand il faut qu’je respire,           je sors une antenne

Je prends tous les mots doux,       et ceux de la peine

Je sais donc qu’existe,  un plus                    large espace

Qui souvent me suggère, d’autres pays, d’autres traces

 

A trop me gaver, le sol a tangué,                         je suis mal assis

Chaise prisonnière des colonnes de livres,    les murs ont rétréci

Il s’abat sur moi, en  un vol gracile,              des milliers de pages

A cette  avalanche j’ai compris soudain ,         que j’étais en cage.

 

J’aurai pu aussi,  tricoter malin,                        un feu d’cheminée

Pour  faire du vide,    et organiser,                              mon autodafé

Ma mémoire pourrait , en un court instant       , partir  en fumée

Resterait, l’usage du cœur, le reste                                    éliminé

 

Mon ptit doigt m’a dit,                              ça n’peut plus durer

Tu vas prendre la route, et ton balluchon,    et déménager

J’ai fermé à clef, et je suis parti,               avec esprit avide

Conquérir le monde, pour  laisser ici,      ma vie chrysalide.

 

4 Réponses

  1. resterait l’usage du coeur, le reste éliminé
    Rien que ces quelques mots disent beaucoup.
    Avons nous tous en nous une chrysalide, cet endroit rien qu’à nous en lequel nous entassons tout ce qui un jour, une minute, a frappé la surface de notre âme.
    Très certainement
    En partir est presque vain, on emmène encore une nouvelle enveloppe.
    Le printemps pousse t’il au rangement ? les animaux le font, ils préparent leurs nids, leur tanière, y font place pour que la vie y soit mise bas.
    J’aime toujours penser que nous sommes quoiqu’on en dise des animaux, et qu’il est grand temps pour l »humanité que nous retrouvions cette conscience blottie au fond de nous, plus ou moins ensevelie.
    Je signe cetta apparition à brule pourpoin, sans réflexion aucune,, coquelicot animal, tiens, c’est dit
    Bises à toi Ren

    J'aime

    03/28/2012 à 17 h 34 min

    • Si le printemps pousse au rangement ?

      Ce n’est pas vraiment le cas… et d’ailleurs ce qui coule sous ma plume, même s’il comporte des éléments biographiques, n’est pas l’exact calque de la vie de son auteur, lequel extrapole sur les possibles; et tu sais que le passage par les textes est une source de possibles….--

      J'aime

      03/28/2012 à 20 h 44 min

  2. Etait ce fait en toute conscience de poète que l’on puisse lire ton poème d’au moins trois manières ?
    Toue entier, la partie de gauche seule, la partie de droite seule .
    Celle ci me plaît tout particulièrement, vois :

    je me la suis construite
    —– j’y habite
    de toiles en attente
    la truelle pour modeler les fentes
    dans ce petit endroit
    que je suis à l’étroit
    les écrits s’empilent
    et les années défilent
    je sors une antenne
    et ceux de la peine
    large espace
    d’autres traces

    je suis mal assis
    les murs ont rétréci
    des milliers de pages
    que j’étais en cage.

    un feu d’cheminée
    mon autodafé
    , partir en fumée
    éliminé
    ça peut plus durer
    et déménager
    avec esprit avide
    ma vie chrysalide.

    J'aime

    03/31/2012 à 15 h 41 min

    • en effet, non, c’est pas fait exprès, mais je peux y penser pour d’autres…

      en fait souvent je sépare les deux termes d’une phrase pour donner un espace de respiration,
      ce qui à la limite peut s’entendre comme une question-réponse ( pas dite sur le même ton, oral)…,
      mais comme évidemment c’est en rapport, ne serait-ce que par la rime finale, la partie droite peut acquérir son indépendance,
      et la toute fin, effectivement peut se lire toute seule ( comme une grande… )

      avec
      un feu d’cheminée
      mon autodafé
      , partir en fumée
      éliminé
      ça peut plus durer
      et déménager
      avec esprit avide
      ma vie chrysalide.

      J'aime

      03/31/2012 à 16 h 41 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s