voir l'art autrement – en relation avec les textes

J’ai cherché le feu – (RC)


image: montage perso

Je cherche le feu, le voici

J’ai fouillé dans les cendres

Et senti la poudre tiède de douceur

Accompagnée des morsures des braises.

J’ai cherché dans les cendres

De la mémoire du silence

Et je t’ai trouvée,        douceur,

Avec la soif du corps en braises

J’ai cherché la douceur

Entre la demeure des instants

La patience d’un feu – soudain

De nouveau ravage mon âme.

RC  – 28 mai 2012

Avec la réponse de M, visible  sur ecriscris

 

Et celle de Manouchka, notre poétesse québécoise…

 

Braise apaisante sur mes froidures passées,
Son feu coule dans mes veines sclérosées,
Je me réchauffe à sa mâle présence,
Qui dessine sur ma peau de faïence,
Un poème tatoué à l’encre rouge,
Où les couleurs du couchant, encore bougent….

 

—-

Publicités

6 Réponses

  1. M.

    Ces trois vers me suffisent:
    « J’ai fouillé dans les cendres
    Et senti la poudre tiède de douceur
    Accompagnée des morsures des braises »…..je comprends bien que tu as cherché le feu..et trouvé la poudre et les morsures…tant mieux….tant pis!

    J'aime

    05/30/2012 à 22 h 46 min

  2. Pingback: Poudre tiède, et braises (RC) « Poézique-zique, tique et pique- mots et grammes

  3. Braise apaisante sur mes froidures passées,
    Son feu coule dans mes veines sclérosées,
    Je me réchauffe à sa mâle présence,
    Qui dessine sur ma peau de faïence,
    Un poème tatoué à l’encre rouge,
    Où les couleurs du couchant, encore bougent….

    En toute amitié
    Manouchka

    J'aime

    06/03/2012 à 17 h 52 min

    • super! je vais pouvoir l’ajouter à la « suite »…

      avant hier, j’ai répondu comme ça à quelqu’un dont je m’étais inspiré, il en a été très content, et a lancé le terme de chaîne poétique… ça pourrait être tout à fait ça…

      J'aime

      06/03/2012 à 18 h 11 min

      • Oui…Ça pourrait être ça …

        J'aime

        06/03/2012 à 20 h 11 min

  4. gmc

    MUSIQUE EN FLAMME

    En cherchant le feu
    On trouve la pierre
    Qui dévoile le désert
    Aux yeux engourdis

    En cherchant le feu
    S »imprègne l’éther
    Sur les tissus ourlés
    De sagas ou de djinns

    Passé la première brûlure
    Seule règne la douceur
    Et ses arpèges de solstice
    Qui rayonne en soliste

    J'aime

    06/04/2012 à 11 h 30 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s