voir l'art autrement – en relation avec les textes

Eugénio de Andrade – J’entends courir la nuit


Eugénio Andrade – J’entends courir la nuit

J’entends courir la nuit par les sillons

Du visage – on dirait qu’elle m’appelle,

Que soudain elle me caresse,

Moi, qui ne sais même pas encore

Comment assembler les syllabes du silence

Et sur elles m’endormir.

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s