voir l'art autrement – en relation avec les textes

José Emilo Pacheco – Les éléments de la nuit


Art:     Käthe Kollwitz –         Pauvreté 1894

 

 

 

Les éléments de la nuit
.
Sous le plus petit empire que l’été a rongé
s’écroulent les jours, la foi, les prévisions.
Dans la derniére vallée
la destruction s’assouvit
dans des villes vaincues que la cendre affronte.
La pluie éteint la forêt illuminée par l’éclait.
La nuit laisse son venin.
Les mots se brisent contre l’air.
.
Rien ne se restitue,
Rien n’accorde
La verdeur aux champs calcinés.
.
Ni l’eau dans son exil
Ne retournera à la fontaine
Ni les os de l’aigle
Ne retourneront â ses ailes.

 

 


.

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s