voir l'art autrement – en relation avec les textes

Quai – douleur- Je ( RC )


 

 

Je,  ( lui ),  n’attends  rien
Sur le quai d’une  gare
Une valise  triste
Un voyage  de peut-être.

Je ,  un ciel obscurci
posé  sur les  épaules
Le manteau offert aux assauts du vent
L’intime  et l’étranger

Je,    en pensées
Futur  en douleurs
Se projette demain
Le train qui portera, loin

Je,   le petit jour
L’estomac noué
Vers un inconnu,
aux  routes d’exil.

RC  –  20 septemre 2012

 

 

3 Réponses

  1. Nous sommes tous au moins une fois dans notre vie des solitaires .vois dans mon blog mon poème:La solitude..

    J'aime

    09/29/2012 à 12 h 41 min

    • C’est sûr, de toute façon, nous sommes seuls avec nous-même, bien qu’entourés parfois… ceci dit les personnes qui lisent pensent que ce que j’écris est obligatoire auto-biographique, ce qui n’est pas tout le temps le cas… c’était ici en pensant aux expatriés, et d’autre part à la pièce de Beckett,  » en attendant Godot « 

      J'aime

      09/29/2012 à 13 h 07 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s