voir l'art autrement – en relation avec les textes

la juste place ( RC )


Toni Grand     , Double colonne, 1982, bois et polyester stratifié, Ctre G. Pompidou, Paris

A sa place, à sa juste place.
C’est ce que nous nous disions, de ce grand corps silencieux, de ce grand corps exposé au vent..
Chacun à son tour, nous nous glissions, – pensant passer inaperçus – près de lui, sous son ombre dense, et nous l’étreignions,
– enfin, ce que nous pouvions, –

une portion de sa masse cylindrique dressée,
la tête contre l’écorce,
 l’odeur du bruissement de la sève,
 le murmure changeant du vent dans la ramée…
 et la caresse lente des feuilles portées par l’automne,

Elle formait à nos pieds cet épais tapis d’ors et de bruns…

Ses membres puissants suspendus,     bien au-dessus de nos têtes,
mais aussi à nos pieds, couverts de mousse.
A sa place, sa juste place..

Maintenant, après la tempête,   témoin , pour ceux qui ont pu résister ,
le royaume du grand chêne, n’est plus le même…

A sa place, sa juste place, il y a un grand vide.

Mais le tronc seul , redressé sur place, se délitant peu à peu,
restant , en un signe,           la sculpture d’un espace

règne , massif, sur la place,                 sa juste place…

 

 

RC  – 26 septembre 2012

photo perso: tronc,            département des Landes , été 2012

Advertisements

Une Réponse

  1. Très touchés par ce nouvel espace obtenu par la lente perte du fût.. beau texte s’il en
    fut 🙂

    J'aime

    09/27/2012 à 19 h 19 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s