voir l'art autrement – en relation avec les textes

Leopold Sedar-Senghor – L’éthiopienne


…Puisque reverdissent nos jambes pour la danse de la moisson

Je sais qu’elle viendra la Très Bonne Nouvelle

Au solstice de Juin, comme dans l’an de la défaite et dans l’an de l’espoir.

La précèdent de longs mirages de dromadaires, graves des essences de sa beauté.

La voilà l’Ethiopienne, fauve comme l’or mûr incorruptible comme l’or

Douce d’olive, bleu souriante de son visage fin souriante dans sa prestance

Vêtue de vert et de nuage. Parée du pentagramme.

 

Léopold Sédar Senghor

in  » Ethiopiques « 

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s