voir l'art autrement – en relation avec les textes

Entre pluie et olives ( RC )


photo: vernissage au CAPC ( Bordeaux)

Oui, j’étais  ce jour là dans les rencontres de circonstances,
J’aurais mieux fait d’errer au rayon parfums du supermarché,
ou de feuilleter  les magazines  chez le papetier, en face de la gare,

mais me voila coincé entre une pluie insistante et fine,
et les olives de l’apéro du vernissage du samedi soir.
Il ne fallait pas rater ça – parait-il -, enfin, c’est  ce que pense tout le monde,
qui se congratule, et se presse autour du buffet,

De toute façon on ne peut , faute d’espace,
admirer les « pièces »,            car on dit pièces maintenant,
pour des assemblages, dont on ne peut  définir
leur statut, leur présence ici;

si ce sont des sculptures, ou bricolages habiles,
qui s’étendent volontiers  sur le sol et le mur en même temps.
Mais ce n’est pas le plus important.

L’important est d’être  –   « là où ça se passe »  – , et d’évoquer l’art
…  ( Ah, l’Art !!!),       ne pas oublier la majuscule…

il est partout nous dit-on,
tellement qu’il arrive à être minuscule.

Mais il doit être là ce soir,            particulièrement,
dans un ambiance de champagne,     et de robes de soirée,
En plus des flashes du photographe,          qui rapportera dans la presse,
que l’expo a remporté un vif succès.

Ca fera déjà plus de lignes, …..    que sur M, qui ne vendait plus rien ces dernières années,
–                                 et qui s’est suicidé il y a deux semaines.
Faut dire aussi,     qu’il ne fréquentait pas les vernissages…

Tiens  voila qu’une demoiselle bien mise,                           et en colliers,

Elle me présente de merveilleux petits canapés  au saumon…

–       »   Merci bien  vous êtes très aimable  !  » –

J’en prends deux,         et puis me rapproche discrètement de la sortie.

___

Il a cessé de pleuvoir.

RC

 

Advertisements

3 Réponses

  1. sans le vouloir, ils expriment trop bien la pauvreté du monde, par l’accumulation quantitative et la perte criante d’imagination, de rêve. ils sont reflet d’un matérialisme contemporain où le sens a perdu de sa substance.

    J'aime

    09/14/2013 à 11 h 00 min

    • ou bien où la substance, ( ce qui est présenté ), a perdu son sens,
      ou n’a un sens que pour des initiés, d’une culture « fabriquée » sur mesure pour répondre à la mode et au marché.

      J'aime

      09/14/2013 à 11 h 39 min

      • j’aime ce que vous dites 🙂 bisous fleur

        J'aime

        09/15/2013 à 21 h 33 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s