voir l'art autrement – en relation avec les textes

Impromptus ( RC )


oeuvre graphique, auteur non identifié

oeuvre graphique, auteur non identifié

Ton arrivée inopinée, me prend en train de poncer le vernis d’une chaise , que je voudrais réparer. Et de cette journée , s’amassent des évènements personnels,              certes sans importance,
que capte un oeil distrait,

cela passe, en flux,                 le long des heures, et ils s’enchaînent,

comme,              je me souviens,                       tu portais une robe bleue, et le soleil entrant par l’ouverture de la porte faisait un rectangle étroit, se contorsionnant sur les courbes de ton corps,
Le sol en carreaux de terre cuite, et les vases posés à même le sol,
tu vois, je me souviens,
mais aussi des nouvelles des magazines, c’était dans les années soixante-dix, le portrait de la reine mère ( la mère d’Elizabeth II ), on aurait dit qu’elle était habituée à porter des bigoudis, bien protégés sous des chapeaux ayant la texture et la couleur des chamallows ( marshmallows, dit-on là-bas).
Je n’écrivais pas encore  de poèmes, je lisais beaucoup, – la bibliothèque est proche, et je choisissais les auteurs au nom commençant par W – et les annonces des journaux,

je collectionnais les cartes postales, celles des oiseaux bien sûr, des métiers artisanaux, le menuisier, l’ouvrier des marais salants – comment l’appelle-t-on déjà ? – et j’avais hérité de ma mère les images des dentellières d’Auvergne.

Il y en avait partout d’ accrochées, sur la porte du petit meuble blanc, où nous rangions le pain, et celle de la salle de bains, la baignoire était verte, et en contrebas ( par rapport au niveau du terrain)… des plantes vertes essayaient de s’accrocher au lisse de la vitre, mais avaient renoncé, pour l’instant.
Dans la grande salle, peu de choses à part la cheminée sévère, et quelques fauteuils aux tissus à bandes rouges et blanches, défraîchis.

La petite table avec l’échiquier, et les pièces toujours en place, deux d’entre elles avaient été perdues et remplacées par des morceaux de bois grossièrement taillés au couteau ( je les avais colorées en noir- puisqu’il manquait un pion et la tour de cette teinte).

Tes cheveux bruns, et ton regard clair, aux fins sourcils arqués.

La vue sur la station service,enfin ce qu’on devinait à travers les rideaux, les voitures allant et venant, ( leurs couleurs surtout), et puis les insectes derrière les rideaux, justement, n’arrivant pas à s’échapper, et dehors, les buissons d’hortensias de la maison voisine, avec leurs boules roses et violettes.

J’oublie facilement les anniversaires, celui de Jérôme, par exemple, le concierge de l’immeuble à St Denis, mais j’ai pensé à celui d’Emilie, notre fille, qui n’a pas voulu venir avec toi….

On dit  qu’il va pleuvoir demain.

RC –  3 octobre 2013

Advertisements

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s