voir l'art autrement – en relation avec les textes

Giacomo Leopardi – A la lune


 

 

O gracieuse lune, je me souviens qu’il y a maintenant un an,

je venais sur cette colline plein d’angoisse, te contempler,

et tu planais alors, comme tu fais à présent, au dessus de cette forêt que tu illumines tout entière.

Mais ton visage m’apparaissait nébuleux et tremblant à travers les larmes qui perlaient sous mes paupières,

car douloureuse était ma vie, et elle l’est encore et n’a pas changé, ô lune bien-aimée.

 

Et cependant j’aime à me souvenir et à calculer l’âge de ma douleur.

 

Oh ! comme il est doux, au temps de la jeunesse, quand la carrière à parcourir

est encore longue pour l’espérance et courte pour la mémoire, de se rappeler les choses passées,

encore qu’elles soient tristes et que le chagrin dure !

 

1819

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s