voir l'art autrement – en relation avec les textes

Georges Séféris – Santorin 01


 

 

Dessin: Gregorio Prieto


Nous nous sommes retrouvés nus sur la pierre ponce
regardant les îles nées des flots,
regardant les îles rouges s’abîmer
dans leur sommeil, dans notre sommeil.
Nous nous sommes retrouvés nus, ici, inclinant
la balance vers l’injustice.

Talon de la vigueur, vouloir sans faille, amour lucide,
desseins qui mûrissent au soleil de midi,
voie du destin au bruit de la jeune paume frappant l’épaule ;
en ce pays qui s’est brisé, qui ne résiste plus,
en ce pays qui jadis fut le nôtre,
rouille et cendre, les îles s’engloutissent.

2 Réponses

  1. J’aime ce dessin d’une manière très brutale, il me percute l’âme, très fort, très très fort…

    J'aime

    10/09/2016 à 16 h 56 min

    • Ah oui, je crois que j’avais trouvé dans le temps ce dessin, en illustration de poèmes de Cernuda, … ces messieurs très portés sur ceux du même genre… il y a aussi une affinité étonnante avec ceux de J Cocteau ( je préfère ceux-ci, moins schématiques)

      Aimé par 1 personne

      10/09/2016 à 18 h 16 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s