voir l'art autrement – en relation avec les textes

Suzanne Tanella Boni – Gorée, île baobab


 

photo: Dominique  Nahr - Congo  2008

    photo:     Dominique Nahr – Congo 2008

 

Gorée Île Baobab” (quatre poèmes)

.

peut-être le bonheur est-il si loin

invisible dans les feuilles de tamarinier

quand ma main effleure les fruits

à partager avec les génies riant des cruautés

faites à l’homme par l’homme

.

peut-être l’espérance dans mes yeux traîne-t-elle

l’avenir en nuages de poussières où je cherche

étincelles et dignité des âmes en sursis

.

quand l’horizon au petit matin

dessine images et silhouettes entre soleil et mer

tu n’es pas là pour voir mes yeux

où tu n’a jamais vu l’humeur du monde

.     .     .

avec la bénédiction des habitants

invisibles de l’île ici je revis

car ton regard n’est pas un poème

mais toute la mer qui coule à mes pieds

des pages infinies

.     .     .

ici aussi j’ai bu à la source

des mots couverts de moisissures

comme murs suintant de tous les malheurs

gravés aux portes du temps

.

j’ai bu la source vive

qui nous donne mémoire et chemin majuscule

des jours à venir

j’ai bu je ne sais combien de gorgées élixir

“…pour la survie du poème

qui hante mes pas depuis toujours”

.

demain je reviendrai

entendre ta voix qui me parle

encore de toi et de moi

.     .     .

ici aussi les draps où l’histoire fait la sieste

sont blancs et vides

.

seule la couverture du temps

est verte comme dernière parole du monde

quand le vent tourbillonne

nuit et jour à la porte du chaos

.

alors je m’enroule dans les mots de ton regard horizon

par-delà la mer nous séparant infiniment.

 

Suzanne Tanella Boni  née en 1954  est une auteure de Côte d’Ivoire.

 

 

 

 

Gorée Baobab Island” (four poems)

.

perhaps happiness is so far away

invisible among the tamarind leaves

when my hand brushes the fruit

to share them with spirits laughing at man’s

cruelty to man

.

perhaps the hope in my eyes drags

the future in clouds of dust where I seek

sparks and the dignity of condemned souls

.

when the horizon in the early hours

creates images and silhouettes between sun and sea

you are not here to see my eyes

where you have never seen the humour of the world

.     .     .

with the blessing of the island’s

invisible inhabitants I become alive again

.

as your look is not a poem

but the vast sea that pours infinite pages

at my feet

.     .     .

here too I drank at the source

words covered with mildew

like walls oozing all the sorrows

carved on the doors of time

.

I drank the life source

that gives us memory and the capped path

of days to come

I lost count of the mouthfuls of elixir I drank

so that the poem

that has forever haunted my steps survives

.

tomorrow I will return

to hear you talk to me

again of you and me

.     .     .

here too the sheets where history snoozed

are white and empty

.

the covers of time alone

are green like the last word in the world

when the wind howls

day and night at the gates of chaos

.

then I wrap myself in the words of your look faraway

beyond the sea that separates us infinitely.

 

L’île de Gorée est célèbre pour La Maison des Esclaves et La porte du Voyage sans Retour, d’où partaient pour l’ultime voyage les esclaves acheminés vers les plantations d’Amérique.

.

 

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s