voir l'art autrement – en relation avec les textes

Seyhmus Dagtekin – Au fond de ma barque


photo: Silviu and Irina Székely

photo:        Silviu and Irina Székely

.

 
Quand tu te retires du monde
Le monde ne s’arrête pas pour autant
Ne se retire pas
Quand tu vas dans le vaste monde
Tu ne deviens pas vaste pour autant
Quand tu te prives de la multitude
Tu n’occupes pas pour autant ta solitude
Tu ne l’élargis pas
Quand tu te chasses du bruit
Tu ne découvres pas pour autant le silence
Quand tu te coupes les branches
Tu n’augmentes pas pour autant
La sève qui irrigue ton front.

 

 

S D

 

Publicités

2 Réponses

  1. oscarsutter

    Le monde en effet ne s’arrête pas; simplement, il me paraît être moi et non le monde, sauf erreur toujours possible bien sûr, et à ce propos j’aurais d’autant plus mauvaise grâce à l’oublier que je connais un peu la pensée des Upanishads et plus encore celle de Schopenhauer, laquelle j’aurais du reste tendance à considérer très juste pour l’essentiel; mais que j’aie des branches comme un vulgaire abricotier, CELA par contre je l’apprends, —bien que sachant auparavant déjà que ma vie est plutôt végétative- en lisant ces beaux vers inspirés, je l’apprends sans plaisir ni déplaisir du reste, car trop paresseux par nature pour pratiquer assidument l’élagage dans mon jardin…

    J'aime

    04/08/2015 à 0 h 33 min

    • merci de votre commentaire…. 🙂

      J'aime

      04/08/2015 à 8 h 15 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s