voir l'art autrement – en relation avec les textes

Jacques Prévert – Stabiles de Calder


Sculpture: A Calder  -  stabile  1970
Alexandre Calder  « stabile « : Young woman & her suitors –   Detroit . 1970

C’est pourquoi ses grands stabiles noirs peuvent apparaître
à la tombée du soir comme de troublants épouvantails.
Pourtant, Ils sont plein de bons sentiments, de tendresse.

A quatre pattes ou debout sur les planisphères
et les cartes perforées par les ordinateurs
des pompes funèbres du progrès, citoyens souverains
du règne végétal en détresse et du règne animal
massacré,
Si la mort a toujours de quoi vivre,
c’est parce que la vie n’a pas encore eu le temps
de mourir tout à fait.

Calder le sait, comme il sait sourire, rire,
Inventer, construire et rêver.
Et les machines infernales et célestes peuvent
Inlassablement se perfectionner,
comme ceux de Don Quichotte,
les moulins de Calder continuent de tourner.

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s