voir l'art autrement – en relation avec les textes

André Velter – Je chante ma femme de l’autre rive


nadzieja w lodach [morze lodu] (Caspar David Friedrich)

Caspar David Friedrich, La mer de glace, 1824

 

 

Je chante ma femme de l’autre rive

comme un rôdeur survivant

qui a jeté son âme au vent

sans plus de soleil à poursuivre.

 

Il est des signes dans ma mémoire

jamais entrevus jusqu’ ici

au cœur fatal d’une folie

improvisant toute l’histoire

 

des amants de l’amour extrême

qui sont partout où l’on s’égare

armés de foudroyants poèmes…

 

et je me refuse à ce monde

qui ne sait quelle clarté se fonde

sur le chaos de ton départ.

 

 

ANDRE VELTER  L’amour extrême

   Et autres poèmes

Pour Chantal Mauduit  

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s