voir l'art autrement – en relation avec les textes

Julio Ramon Ribeyro – premier mai gris


 

Premier mai gris, triste.               Ville morte.
Des rues et des rues parcourues     parcourue  avant de trouver une boutique ouverte où acheter une douzaine d’œufs.

Quelques habitants du quartier reviennent avec leur baguette de pain,
trouvée on Dieu sait où.

Place Falguière, je vois un escargot qui traverse péniblement la chaussée.

Il est au beau milieu, et ne s’est pas encore fait écraser par une auto.
La circulation est presque nulle, mais de temps en temps passe un véhicule.

Est-ce que l’escargot le sait?
L’escargot ne sait même pas que c’est aujourd’hui le premier mai.

C’est pourquoi      –   pas avec la main, car ce qui est visqueux me répugne   –
je le prends dans mon mouchoir     et le porte jusqu’au trottoir.
il est certain que là, il ne se fera pas écraser  par une auto,
mais peut-être bien par un prolétaire.

 

De toute façon, ses minutes sont comptées.

Où donc voulait-il aller, le pauvre? Qui l’attendait? 
Que tramait-il dans sa petite cervelle ?

Petit animal désemparé, comme toi, comme moi, comme tout le monde.

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s