voir l'art autrement – en relation avec les textes

Ronny Someck – Aéroports


 

rausc_tracer

   Robert Rauschenberg – Tracer

 

 

Dommage qu’on ne puisse atterrir à Brigitte-Bardot,

voir des strings au duty-free de Marylin-Monroe

ou bien acheter maquillage et mascara à Rafah

dans un aéroport nommé Cléopâtre.

Les nuages du jour deviendraient des écharpes glissées

sur les épaules de Dieu, et les nuages de la nuit avant l’atterrissage

seraient des robes de dentelle au bal

des étoiles.

On atterrit à Charles-de-Gaulle, Kennedy

ou Yasser-Arafat,

on voit l’hélicoptère de la politique

voler toujours dans un ciel bas,

il scintille comme une couronne royale

défiant le soleil.

 

 

 

BAGDAD-JÉRUSALEM, À LA LISIÈRE DE L’INCENDIE
(Salah Al Hamdani et Ronny Someck)
Editions Bruno Doucey 

 

2 Réponses

  1. imago270

    l’exotisme fait des ravages ; fuyons l’avion
    vécu dans un minuscule village de la Drôme :

    murmure de la source
    chant des cigales
    la nature offre
    ses présents

    Aussi
    les édiles
    bien gentils
    plantent un murier
    disposent un joli banc
    pour quelques amoureux
    en souvenir des lavandières
    la cloche sonne le temps s’est perdu

    GM
    aout 2019

    J'aime

    08/17/2019 à 6 h 30 min

    • susannedereve

      Jolie évocation d’une nature préservée … c’est vrai que l’avion n’a pas très bonne presse
      en ce moment … Il y a toujours , hélas, les avions et les aéroports de l’exil.

      J'aime

      08/18/2019 à 17 h 49 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s