voir l'art autrement – en relation avec les textes

Dérive – Susanne Derève


BONNARD CAMPAGNE

  Pierre Bonnard – Le Cannet

 

 

Rouge bruyère du désir

Bleu pers des mers errantes

Sur  le vert profond des rivières

glisse ma  barque lente entre tes bras noués  

barque légère

 

Est-ce cette dérive qu’on nomme  bonheur

une fenêtre ouverte    un lit défait

 

quand la course des  heures

n’est plus un temps qui fuit  un futur

imparfait  un canevas qu’on file et défile

à regrets  mais une tendre ivresse  

qui rachète l’absence

 

Alors j’habille l’aube avec les ors du soir,

ceux que tu chantes, que j’imagine de très loin

tirés par l’aile rase d’un oiseau de nuit

 

avant que ne s’abîme l’horizon dans la lueur

du premier phare ou dans un fin rideau de pluie

 

cette pluie souviens-toi

elle ruisselait ardente sur Paris 

et nous nous ruisselions de vie

 

 

 

 

2 Réponses

  1. imago270

    ceci n’est pas un commentaire du (splendide) texte de SD ;
    juste un moment vécu cet été à Eygaliers, minuscule village de la Drôme, où est un lavoir…

    murmure de la source
    chant des cigales
    la nature offre
    ses présents

    Aussi
    les édiles
    bien gentils
    plantent un mûrier
    disposent un joli banc
    pour quelques amoureux
    en souvenir des lavandières

    la cloche sonne midi ; le temps n’existe plus

    Aimé par 2 personnes

    09/11/2019 à 7 h 45 min

    • susannedereve

      Merci à toi pour ce paisible partage .. temps suspendu

      J'aime

      09/11/2019 à 18 h 26 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s