voir l'art autrement – en relation avec les textes

Artur Lundkvist – Vent


 

william-turner-tempete-mer

  William Turner- Tempête de neige en mer

 

 

 

Et le vent

comme une longue peau qui passe,

sans fin, pressant, accablant,

secousses inquiètes, clignements des gifles,

coups de fouet des ailes invisibles, roides comme des voiles,

le vent

qui dresse ses blanches crinières au-dessus des montagnes,

le vent et ses plumes de neige,

ses blanches taies d’oreiller, ses secrets tambours,

ses pipeaux en roseau, brisés,

le vent

qui dérobe son miel à la bruyère

(non pas abeille ou guêpe striée de feu),

le vent sans saveur, sans une goutte de vinaigre,

le vent qui crève du pied

la verte peau de la source sulfureuse,

et qui écrit avec une plume de corbeau

le même mot, le même mot.

 

 

 

Feu  contre feu 
Edition établie et traduite du Suédois 
par Jean-Clarence Lambert
Orphée
La Différence

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s