voir l'art autrement – en relation avec les textes

Francis Jammes – Tristesses


Albert Marquet – La fenêtre aux plantes grimpantes

Je la désire dans cette ombreuse lumière

qui tombe avec midi sur la dormante treille ,

quand la poule a pondu son œuf dans la poussière

Par dessus les liens où la lessive sèche ,

je la verrai surgir , et sa figure claire.

Elle dira : je sens des pavots dans mes yeux .

Et sa chambre sera prête pour son sommeil,

et elle y entrera comme fait une abeille

dans la cellule nue que blanchit la chaleur.

Clairières dans le ciel

Tristesses (1)

nrf Poésie /Gallimard

2 Réponses

  1. Francis Jammes a bercé mon école enfantine ; merci Suzanne

    J'aime

    06/06/2021 à 15 h 18 min

    • susannedereve

      alors , celui-ci ( du même ouvrage ) :

      Deux ancolies se balançaient sur la colline.
      Et l’ancolie disait à sa sœur l’ancolie :
      Je tremble devant toi et demeure confuse.
      Et l’autre répondait : si dans la roche qu’use
      l’eau , goutte à goutte, si je me mire, je vois
      que je tremble , et je suis confuse comme toi.

      Le vent de plus en plus les berçait toutes deux,
      les emplissait d’amour et mêlait leurs cœurs bleus.

      Merci de ce que nous partageons !

      Aimé par 1 personne

      06/06/2021 à 20 h 24 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s