voir l'art autrement – en relation avec les textes

Jean-Michel Espitallier – La chute –


Fernand LEGER -Nature morte aux éléments mécaniques

.

La chute, molle.
Dans le volume du cylindre,
La coulée des graisses s’étale sans plisser, régulièrement.
Des mèches finissent de se consumer.
Des bouts,
Quelques fragmentations,
Un voile d’essences volatiles,
Et c’est tout.

La chute.
Une attente allongée, flottante.
Une attente sans sonorité
(Les résonances du volume sont si amples).
Tout est arrondi.

La chute.
L’effondrement des pans,
La violence des projectiles,
La tendre épaisseur du vide sans vertige,
Elle choit,
Livrée à l’immédiat de sa détente,
Dans le déferlement strident de la lumière.

Ponts de Frappe

Biennale Internationale des Poètes en Val-de-Marne

2 Réponses

  1. Léger accrocheur se suspend au vide des demains
    Visionnaire certain
    N-L

    J'aime

    09/30/2021 à 18 h 14 min

    • susannedereve

      et n’a pas le vertige , dit-il …
      Merci !

      Aimé par 1 personne

      09/30/2021 à 21 h 39 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s