voir l'art autrement – en relation avec les textes

F-J Temple – Haute plage


René Chabrière – Centaure
                                                    à Richard Aldington

Ombres des vieux soleils couchés

ainsi vont les chevaux sur les rivages

comme des âmes dans la nuit.

.

Tel est le souvenir effacé par les vagues

où le phare debout veille au désert du vent.

.

En ce temps-là familier des centaures

seule une voix parlait dans le palus :

le dieu-butor aux étoiles rêvait

sur un empire aux couronnes de sel.

.

Nous voici désormais condamnés aux mirages

à l’herbe amère des anciens jours.

.

Pâle une lune morte se souvient.

.

.

Foghorn

Editions Grasset

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s