voir l'art autrement – en relation avec les textes

Jorge Carrera Andrade – promenade du soir



(Paseo de la Tarde)

photo Barbara Norfleet

Le silence fleuri de l’acacia parfume
la solitude. L’herbe élève un chant paisible
qui caresse l’oreille d’une douceur de plume.
Apporte un livre et la corbeille. Invisible
le passé est revenu et sa ronde séculaire,
et le cœur va à tâtons comme un enfant aux yeux bandés
parmi les ombres qui fuient sur une prairie d’or.

Cinq heures. La pluie cesse
et de larmes brillantes, eau lustrale,
les choses sont baignées.
Lève pieusement les yeux. Sur mes mains
pose tes deux mains tremblantes… Merci, ô mon aimée,
Un céleste soupir descend des acacias.
Un ange, dirait-on, de ses ailes unies
sur nos têtes, a donné à l’instant
un charme divin, oint de baume nos vies,
sur mes lèvres versé la coupe du silence
emplie jusqu’aux bords d’un invisible vin.
Sur mes tempes je sens ses ailes frémissantes.
Cinq heures. La cloche tinte dans l’après-midi clair
et c’est comme si en mon âme
cinq roses venaient d’éclore.
LA GUIRLANDE Du silence

1926

extrait du recueil sur J C de Andrade – Poètes d’aujourd’hui (ed Seghers )

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s