voir l'art autrement – en relation avec les textes

Arcs-en-ciel – (Susanne Derève) –


Miguel Barcelo – Diluvio

.

Lumineuse est la vie  qui trace

de ses pinceaux de joyeux arcs-en-ciel

sur l’eau après l’orage

              ***

Mais j’ai vu  ce matin

à même le trottoir

sur le pavé luisant de l’averse

des hommes de carton

qui disent les chiens ont faim

.

Les chiens ont faim et les hommes se taisent

les chiens aboient   les voix s’aigrissent 

dans le cliquetis des chaines

Les hommes ont soif et les chiens traînent

des laisses inutiles

              ***

Que tout semble soudain dérisoire

de ce qu’on emporte avec soi

petites joies enrubannées

dans leurs pochettes de papier

chinées aux vitres lumineuses

aux enseignes dorées

douces fanfreluches de l’insouciance

innocentes peluches

              ***

Innocentes ?  Souviens-toi 

pareil à une pendule cassée

qui indiquerait obstinément l’heure

de l’éternelle enfance

ton vieil ours

dans le fauteuil de moleskine rouge

spectateur contraint  des années                                                         

              ***

Un paradis perdu l’enfance

S’en dépouiller , c’est comme un jour chuter

de l’arbre et ne plus pouvoir y grimper

Hâtons-nous, de faire provision de tendresse

               ***

Je nouerai les bras autour de ton cou

Dérobe-moi au monde

Ce soir, je ne veux  plus rien savoir

de la souffrance

Main dans la main elles vont

misère   douleur   souffrance

gâter la joie des gens heureux 

               ***

Eux qui n’ont pas d’histoire

J’en avais une pourtant à raconter

dont tu étais héraut

le pinceau à la main

– la valse des couleurs disais – je –

Tu savais peindre des musiques

le blanc velours du piano

et le bleu fluté des trompettes

le feu étincelant du saxophone

et le sombre rubis des cordes    

                                    

Big band – la dernière note ?

un habit d’Arlequin

un rire clair de Comedia del arte

               ***

Mais le  réveil du premier train

est d’un gris sale d’avant  le jour

coulant traîtreusement à travers les persiennes

dans le long chuintement des rails

Où auront-ils dormi ceux du trottoir 

sous la pluie fine

dans quelle noire encoignure de porte ?

               ***

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s