voir l'art autrement – en relation avec les textes

Feston d’automne – (Susanne Derève)


PH-4 – Clyfford Still – 1952

.

Rouge feston des mues d’automne ,

qui vient aux nervures des feuilles

comme on suivrait les lignes de la main.

.

Je serrais si fort dans la mienne sa petite main d’enfant,

chaude et vibrante – le cœur battant d’un petit animal

palpitant sous mes doigts –

.

Son babil m’emportait, ses joues flambaient de froid.

Nous épuisions les jours à fouler dans les bois

d’épais tapis de feuilles mortes qui finiraient

en feux de joie.

.

J’aurais voulu saisir les bronzes et les ors

les soies brillantes de l’automne,

les écus de lumière inondant les futaies

mais déjà il n’était plus temps.

.

Les branches ne portaient plus

que le rire cristallin de l’enfant

étincelant dans le silence .

.

Puis, les bois se sont tus …

et d’un pas ingénu s’en est allée l’enfance.

.

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s