voir l'art autrement – en relation avec les textes

Lionel Ray – Ni rides ni raison –


Peinture René Chabrière

 

       Ni rides ni raison . c’est la foudre aux yeux bleus
       qui éclaire les seuils.

       fragile est son secret : ce nœud léger du souffle
       ces traces de naissance nouvelle ce cri brisé. –

       nous serrons contre nous une cage pareille
       à la fumée – distance qui déchire.

       et nous marchons dans son obscur empire
       vers cette vitre innommable, notre voisine sèche.

       ainsi nous habitons le mouvement des jours :
       l’ombre dans l’ombre va, envol de nul oiseau.

 

Poésie 84
Janvier Février 1984
Revue dirigée par Pierre SEGHERS

 

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s