voir l'art autrement – en relation avec les textes

Au hasard des rues – (Susanne Derève)-


Marcel Duchamp – Maison rouge dans les arbres – 1908 –

 

Je prenais des rues au hasard

et le hasard me prenait parfois au coin des rues,

parfums que dispersait la brise, de jasmin étoilé,

celui des roses au plein été.

 

Grappillés aux tonnelles, aux claires-voies des chemins,

à l’ombre  des fontaines ( j’y plongeais les mains ) 

sonnaient une chanson comme le temps à boire,  

un accord de piano, un rire nu, un cri,

des gorges renversées au soleil de midi.

 

– Faut-il avoir les paumes ouvertes pour recevoir –

 

Mais  dans l’angle des porches, aux portes dérobées,   

fusaient  parfois des pleurs, des injures,

des mains levées.

 

Ce n’était plus la gouaille, la candeur du jour,

la rose ou le jasmin  – ni  les chansons d’amour – ,

c’étaient le caniveau, le grondement des chiens, 

le ru  où la misère levait ses fantassins.

 

Je fuyais au hasard  cherchant d’autres chemins

et mes  errances m’y ramenaient le lendemain…

 

2 Réponses

  1. bel équilibre entre le soleil et le noir, sur un thème assez original

    J’aime

    02/23/2022 à 13 h 06 min

  2. susannedereve

    une idée baroque … ça arrive 🙂

    J’aime

    02/23/2022 à 19 h 20 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s