voir l'art autrement – en relation avec les textes

Mahmoud Darwich – Mirage –


Sebastião Salgado ( lac de l’erg Oubari – Fezzan libyen )
.. le mirage est le livre du voyageur
dans les déserts...
Sans lui, sans le mirage, pas de marche
en quête de l'eau. C'est un nuage, dit-il,
portant d'une main la cruche de ses espoirs
et pressant de l'autre sa hanche.
Et ses pas martèlent le sable
pour rassembler les nuages dans un trou.
Et le mirage l'appelle, le séduit, 
le trompe puis le porte haut :
Lis, si tu parviens à lire.
Ecris, si tu parviens à écrire

Il lit : Eau et eau et eau,
et il trace une phrase sur le sable :
N'était le mirage,
je ne serais pas vivant à ce jour.

L'espoir est par chance du voyageur,
le jumeau du désespoir
ou sa poésie improvisée.
Si le ciel est gris,
que je vois une rose pointer soudain
des fissures d'un mur,
je ne dis pas : Le ciel est gris,
mais je fixe longuement la rose 
et je dis : Quel jour que ce jour !


Le Lanceur de dés, Mahmoud Darwich
(Actes Sud, 2010).

Poèmes traduits de l’arabe par Elias
Sanbar

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s