voir l'art autrement – en relation avec les textes

Lasse Söderberg – Petite ascension


Dans mon errance à travers le pays de l’aube, j’arrivai là où les feuilles jaunies tourbillonnent et se rassemblent enfin pour renaître. Là s’élevait un bâtiment merveilleusement élastique, sans poutre de soutènement ni rempart, une espèce de cape sans barreau, qui ne reposait pas directement sur le sol mais plissait par-dessus comme une musique bleue. Déposant mon fardeau terrestre, je restai interdit. Quels battements d’aile ! Que de cous tendus ! Que de cris verdoyants ! Un instant j’ai cru aussi me métamorphoser et m’envoler avec les feuilles et danser avec elles avant que, portées par un heureux hasard, elles viennent parer les arbres de leur chant.

extrait des « nouvelles de Thésée  » du recueil « langue étrangère » ( écrits réunis par J Clarence Lambert ) ed de la Différence

2 Réponses

  1. une perfection
    ps
    pourquoi pas
    avant qu’elles ne viennent ?
    une perfection (bis)

    J’aime

    04/11/2022 à 12 h 18 min

    • je viens de vérifier… c’est bien ce qu’il y a d’écrit…

      J’aime

      04/11/2022 à 12 h 42 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s