voir l'art autrement – en relation avec les textes

Le sable des étés – (Susanne Derève) –


Plage Sainte-Marguerite (Finistère)

Serre-moi fort entre tes bras,
j’oublierai les marques du temps :
celles qu’il laisse au coin des lèvres,

et puis celles invisibles qu’on cultive en secret.
Est-ce ainsi qu’on devient, un très vieux sablier
qui voit filer entre les doigts son rêve usé,

fragile cerf-volant de papier qui s’abat sur la plage,
et le ciel verse les images du passé.

J’ai trop voulu étreindre,
tenir entre mes mains le sable des étés,
la mer se retirait si loin

– ce n’est plus qu’une buée légère au fond des yeux,
un scintillement bref, un regret –

Nos jours s’abandonnaient au souffle vaporeux
des grèves , puis nous rendions la plage aux nuits
et la mer insatiable y érodait sans trêve
les dunes arasées.

N’en reste que l’écume, un peu de bois flotté.

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s