voir l'art autrement – en relation avec les textes

Verts – ( Susanne Derève) –


RC ( René Chabrière) – Gris de Payne variation 5
Feuillées, 
Le vert y est-il vraiment vert 
-et la joie que je chante est-elle joie ?- 
J’y devine des gris d’ailes et de nuages,  
ceinturés de regrets, 
un bleu d’azur filé, des ocres, 
des terres brûlées,                                                                                          
un miel dentelé de fougères,(de la géographie
légère d’un rêve inachevé); 
j’y vois des pailles sèches tout près 
de s'embraser, des troncs cendrés,
les bractées pâles des tilleuls vibrant 
d’un reste d’enfance, 
un mur festonné de mousse                                                        
où des fleurs minuscules,de frêles saxifrages 
à peine dentelées de rose 
pointent leurs corolles tendres vers la lumière 
et loin,très loin, sous le couvert
à l’heure où les verts se répondent
le  cerne d’or d’un fruit sauvage 
jailli de l'ombre,
-la joie que je chante est joie!-

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s