voir l'art autrement – en relation avec les textes

Stephan Hermlin – Ballade des défenseurs des villes



Pour le 25è anniversaire d’octobre — Pour ceux qui souffrent en silence — Pour les vainqueurs de demain — Pour les défenseurs des grandes villes Pour la race nouvelle — Pour les frères incomparables.

Près des bergers de la nuit et du plus solitaire peuple de sirènes.
là où la tempête dans les vallées gémit et où suave se lamente le cœur des dauphins.
jusqu’aux villes dans la fumée, qui au bord des ténèbres se penchent
et qui par le poing de fer de leur maître furent dans la corruption poussées
près des bergers de la nuit et du plus solitaire peuple de sirènes
là, un nom est nommé — oh ! puissions-nous vous donner ses puissances
à Vous, frères enfouis dans l’ombre du temps, vous donner ses larmes,
son sourire, son regard qui descend sur toute notre vie
et aussi cet énorme tambour qui autour de nous clame dans la nuit,
à Vous, à Vous ! oh ! puissions-nous donner tout cela !

Traduit par Daniel Trévoux (pseudonyme de Jean Tardieu) il parut en juillet 1944 dans « l’Êternelle revue » clandestine, de Paul Eluard. Il était accompagné des lignes suivantes :
S. Hermlin est un poète allemand de 29 ans qui, après avoir combattu en Espagne dans les Brigades Internationales, gagna la France puis, la Suisse.

Ce texte a été repris dans la revue Seghers  » Poésie 84″

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s