voir l'art autrement – en relation avec les textes

Edward Thomas – Adlestrop –


Lincoln Seligman – Gare d’Entraigues (Provence) –

.***

.

. Richard Burton lit ‘Adlestrop‘:

.

. Essai de traduction personnelle :

Oui. Je me souviens d’Adlestrop,
De ce nom, parce qu’un après-midi
De chaleur l’express s’y arrêta
Inopinément. C’était à la fin juin.

Le train-vapeur siffla. Quelqu’un s’éclaircit la gorge.
Personne ne descendit et personne ne se montra
Sur le quai vide. Tout ce que je vis
Fut Adlestrop – seulement ce nom

Et des saules, des épilobes et de l’herbe,
Et des reines-des-prés, des meules de foin séché,
Non moins paisibles dans leur blonde solitude
Que les petits nuages ,hauts dans le ciel.

Et juste à cet instant , un merle chanta
Tout près , et tout autour de lui ,
de plus en plus loin, dans une brume sonore,
Tous les oiseaux de l’Oxfordshire
Et du Gloucestershire.

.

in Poems (1917)

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s