voir l'art autrement – en relation avec les textes

Archives d’Auteur

Yves Bonnefoy – La pluie d’été (II)


Paysage d’Auvers sous la pluie – Vincent Van Gogh

 

Et tôt après le ciel

Nous consentait

Cet or que l’alchimie

Aura tant cherché.

 

Nous le touchions, brillant,

Sur les branches basses,

Nous en aimions le goût

D’eau, sur nos lèvres.

 

Et quand nous ramassions

Branches et feuilles chues,

Cette fumée le soir puis, brusque,ce feu,

C’était l’or encore.

 

Les planches courbes 

nrf

Poésie /Gallimard


Jacques Réda – Pâques à Velizy


Jim Dine Putney Winter Hurt

ELIOT A vu JUSTE : en avril la lumière
Est lugubre.
Tous ces crocus, tous ces lilas
S’amoncellent en catafalque.Vendémiaire
Rit autrement parmi ses brumeux échalas,
Et novembre a souvent des faveurs d’infirmière.
Mais (faute au receveur qui hurlait « allons-y ! »)
Il est vrai qu’après un trajet privé d’escales,
Je tombe au beau milieu du nouveau Vélizy
Où Prisunic fête non-stop ses lupercales
Entre le macadam et trop de ciel saisi
Comme un miraculé, qui s’est fait au sépulcre,
Sent la clarté devant ses yeux obscurs pâlir.
Au passage on entend « J’ai pris ce petit pull
Crevette, je… » — le vent balaye sans mollir
Les mots et les émois du samedi crapule,
Creux, hanté de grands sacs crevés, et ça bondit
Tout autour par la nécropole automobile
Qui fulgure. Je vais à pied comme un bandit,
Comme ce réprouvé, là-bas. nègre ou kabyle,
Voir, sur Villacoublay qu’un grillage interdit,
L’espace où valdinguait jadis l’aéroplane.
Mais plus rien à présent sur cet horizon plat
Ne bouge. Le soleil lui-même s’est figé
Comme un lieu dans le vide éblouissant du site
Et l’obstiné bourdon des autoroutes. J’ai
Peur de son premier pas demain s’il ressuscite
Du fond de sa splendeur froide comme un congé.

Hors les Murs

Ed Gallimard


Dominique Grandmont- ET CERTAINS SOIRS


Robert Rauschenberg

 

 

ET CERTAINS SOIRS le monde approchait de sa fin. La lumière
rasait les murs, les voitures se faisaient rares,
en passant on entendait tout ce qu’on disait,
il n’y avait presque pas de spectateurs, le décor
flanchait, des carreaux déchirés, par terre des colonnes
de fourmis, quelque chose qui se profilait
sur fonds d’arbres dessinés n’importe comment,
l’écho démesuré : vallée, ravin plutôt, les étoiles étaient si
                                                                             proches
qu’on se croyait au bord du précipice,
on inventait ce qu’on voyait, un réverbère dans la forêt, l’oiseau
                                                                   muet dans une cage
et le feu qui chantait dans la cheminée, de quoi continuer sans
                                                                                         doute
comme le soir d’avant, comme si rien ne s’était passé,
que rien ne devait se passer qu’on n’ait d’avance imaginé,
même sans se l’avouer on attendait une surprise, on parlait de tout
                                                                                         sauf de ça,
de péniches dans la brume, d’une mobylette tombée
un jour dans le canal, plus de détours alors, fallait voir les autres
                                                                                           courir,
quand ils avaient trop bu ils rêvaient de prendre les armes
et d’évasion spectaculaire ou d’un boa sur un piano, façon, qu’y
                                                                                a-t-il d’autre
de parler aussi de tout et de rien ou parce qu’ils parlaient tous à la
                                                                                                  fois,
et que chaque minute comptait et qu’on ne savait pas tous les jours
                                                                                               où aller
ni quel argument avancer, on n’y pensait même plus, on s’attardait
                                                                                               exprès
sur des riens, sur les conditions atmosphériques, le reste ils le
                                                                                        savaient
mieux que toi, c’était entendu, accepté, ça faisait bizarre d’insis-
                                                                                               ter,
personne n’insistait d’ailleurs, mais comme l’honneur était sauf et
                                                                             qu’il en était sûr,
il regardait ailleurs et c’était toujours le présent,
mais le présent était ce qu’il n’était pas jusque-là.

 

 

 

Dans  Poésie 84  (Revue ) 

Janvier Février 1984 

(Pierre Seghers)


Le silence est sommeil – (Susanne Derève)


Henri Edmond CROSS – Bord de mer

Le sommeil est silence
rêve de chevaux fous nasse légère
entre deux eaux
Le silence est sommeil
parenthèse d’été
sur les pierres chaudes où se couler
lézard furtif
dans les interstices des roches
éclair fuite argentée rouge aveugle
sous les paupières

Au printemps les genêts y jettent des touches
de lumière les giroflées
leur feu cuivré le sable des grèves
miroite doucement sous l’eau un mica
une étoile oubliée et les longs filaments mauves
des méduses dansent dans le ressac
horloger de la mer égrenant le silence
un havresac entre veille et sommeil
où vient se blottir la conscience


C’est la nuit que je cherche – (Susanne Derève)


Photomontage RC sur Black Snowman (D Shrigley)

Un train traverse la nuit
C’est la nuit que je cherche
dans son manteau de neige
ses éclisses de gel ses quartiers d’ombre
et de lumière
à la lueur des réverbères tremblant
sous les assauts du vent

et toi bonhomme de neige
qui fanfaronne dans les jardins
blanchis de givre
bénis ma bonne fortune :
demain flottera ton chapeau
avec ton frac entre deux eaux

Je n’aurais plus qu’à les pêcher
dans une flaque
Coiffé de mon chapeau claque
j’attraperai le dernier train
pour rejoindre la nuit en habit de satin
et l’épouser sous la lune


Raymond Queneau – Ce soir, si j’écrivais un poème ?


PAUL KLEE – Poisson cloporte

Ce soir
si j’écrivais un poème
pour la postérité ?

fichtre
la belle idée

Je me sens sûr de moi
j’y vas
et

à
la
postérité
j’y dis merde et remerde
et reremerde
drôlement feintée
la postérité
qui attendais son poème

ah mais !

L’instant fatal

nrf

Poésie Gallimard


Lionel RAY – Maintenant tu vas réunir tous tes visages


Georges BRAQUE – Tête de femme

MAINTENANT tu vas réunir tous tes visages
ceux du matin ceux du soir et d’ailleurs
tu en feras des brouillons lyriques
des vêtements des silences des gouffres.

tu donneras un nom à chaque chose
pour être proche et pour être différent
et pour que tout se perpétue
sans déchirure au-delà de toi-même.

tu seras une ville claire et forte
cette écriture des rues des terrasses des toits
depuis des siècles tu habitais souviens-toi
places fontaines ce miroir d’énigme et de sang.

tu verras le soleil dissiper ses couleurs
devenir toute absence hors la mer hors du temps
et tes nuits n’en font qu’une ni matins ni rumeurs
comme un puits étoilé affamé par le vent.

sommeil pour dénouer tes poignets tes orages
et ces mots clandestins que tu n’as jamais dits
sommeil sans dissonance pierre sans poids sans visage
cachée inaltérable au plus sourd de la nuit.

Poésie 84

Janvier Février 1984

Revue dirigée par Pierre SEGHERS


Richard Rognet – Et je tiens fable ouverte (extraits)


Anders ZORN – Omnibus (study)

CE N’EST PAS TA JOUE ce n’est pas l’aube

une affiche commence à sortir de la brume

qui va donc m’expliquer la flambée

un prénom dans les oiseaux qui se rassemblent

un pays dilué dans les ombres peut-être

un peuplier dans l’or échevelé une main

un vertige

je sais qu’il faut répondre aux lampes

déplacées à notre ancien refuge aux aiguilles

dans la mémoire

je sais que je me nomme interminable phrase

désastre disais-tu désastre cher désastre !    

          

                  *

AU NOM DU FRERE dans le fruit au nom du proverbe

pur des mille sangs qui me poursuivent

au nom de l’horizon devenu ma retraite au nom

d’une légende à l’adresse noyée d’une paume de

plomb d’une voyelle morte

je propose brûlant poème langage à peine su

parole sans devoir je propose cassure

miroir au crépuscule rivière dans mes draps je

propose

ton nom de fraudeur ton nom de bavures

et de suie et de sable

Je propose la nuit d’une bouche fermée sur nos

montreurs d’ombres

                      *

JE NE DEMANDE RIEN   il pleut trop fort  on entend

comme un train d’étoiles qui l’auraient échappé

belle

comme ce comme obscur ce velours improbable ce

matin de dimanche où le monde n’ouvre rien

comme ces flétrissures sous les capuches devant

les boulangeries comme tous ces bonjours ces

poudres

comme je ne demande rien comme cette lourdeur

qui n’émerge pas ces lambeaux d’absence ces

bruits ébouriffés

qu’on ne veut plus interroger comme ces ronds

sur la terre comme quel ou quelle comme

Poésie 84

Janvier Février 84

Revue dirigée par Pierre Seghers


Louis GUILLAUME – Ville haute


ALBERT MARQUET – Flood in Paris

Dureté du jour qu’aiguisait le soir :
le cri d’un enfant vibre au long d’un square.
On ne sait pas si c’est la vie, cette lumière,
ce mélange de boue, de pierre et de brouillard.
On ne sait plus si c’est la vie ou le reflet
d’une misère d’autrefois ou d’un rêve à recommencer.


Images de l’oubli, pâtés de sable,
un homme assis caresse un livre ouvert,
une statue soudain se mettait à danser.
Paris triste jusqu’aux soupentes
tordait ses cheveux dans le fleuve.
Aux morts qui garnissaient les bancs
souriait un petit enfant.


Dureté du jour isolant le soir,
les années se noient telles des étoiles,
toutes les péniches s’éteignent.
Auprès d’un vagabond un platane s’allonge.
Une chenille lumineuse
d’une rive à l’autre simule un diadème fugitif.

Image de l’oubli mêlée au sable,
tu peux ouvrir tes doigts obscurs,
plus un moineau ne s’en échappe.
Un vin de nuit coulait sur les comptoirs,
un cheval s’endormait au bruit de ses sabots,
une ombre au cœur de la mansarde
tissait des voiles de fatigue.


Pureté du jour quand le soir abandonne
son livre moisi sur les quais.
On ne sait pas si c’est du bonheur, cette attente.
Lorsque leurs mains se rejoignirent,
deux arbres crurent en mourir.
On ne sait plus si c’est l’amour, cette lueur
suintant au fond des cours.


Image de l’oubli dans la ville immergée,
les ponts sont lourds qui enjambent le noir.
Un enfant, du haut des étages,
poursuit le sifflement d’un train.
Le même ciel, le même vent, tous les oiseaux
jonchent les toits de leur poussière.
Paris sombrait chargé de calcaire et de brume.

Poèmes choisis

ROUGERIE


Instant – (Susanne Derève )


Edward Hopper – Automat 1927

Au lever d’un  jour  incertain,

la vitre me renvoie une  image figée 

que noient   les verts humides du  matin,       

la ligne bleue des toits sagement alignés,

un paysage urbain

On croirait entrevoir un tableau  de Hopper : 

silhouette oisive  accotée au  comptoir

d’un bar ou d’une chambre vide

un mannequin de cire aux prunelles livides

au  regard  orphelin  …

Ce n’est  que mon reflet traquant mes rêves

souterrains,

la table de cuisine  et le pain

une tasse jaunie  où tiédit le café :       

                le même néant  sans objet.

À  tasse vide  coupe pleine,

trinquons aux  instants  qu’on égrène

… comme des pans  d’éternité


Mahmoud Darwich – Je ne désire de l’amour que le commencement


John-Singer-Sargent-Bedouin-Women-Carrying-Water-Jars

Je ne désire de l’amour que le commencement. Au-
dessus des places de ma Grenade
Les pigeons ravaudent le vêtement de ce jour
Dans les jarres, du vin à profusion pour la fête après nous
Dans les chansons des fenêtres qui suffiront et suffi-
ront pour qu’explosent les fleurs du grenadier

Je laisse le sambac dans son vase. Je laisse mon petit
coeur
Dans l’armoire de ma mère. Je laisse mon rêve riant
dans l’eau
Je laisse l’aube dans le miel des figues. Je laisse mon
jour et ma veille
Dans le passage vers la place de l’oranger où s’en-
volent les pigeons

Suis-je celui qui est descendu à tes pieds pour que
montent les mots
Lune blanche dans le lait de tes nuits ? Martèle l’air
Que je voie, bleue, la rue de la flûte. Martèle le soir
Que je voie comment entre toi et moi s’alanguit ce
marbre.

Les fenêtres sont vides des jardins de ton châle. En
un autre temps
Je savais nombre de choses de toi, et je cueillais le
gardénia
A tes dix doigts. En un autre temps je possédais des
perles
Autour de ton cou et un nom gravé sur une bague d’où
jaillissait la nuit

Je ne désire de l’amour que le commencement. Les
pigeons se sont envolés
Par-dessus le toit du ciel dernier. Ils se sont envolés
et envolés

Il restera après nous du vin à profusion dans les
jarres
Et quelque terre suffisante pour que nous nous retrou-
vions , et que la paix soit

Anthologie
(1992-2005)
BABEL


Purgatoire – ( Susanne Derève)


Photo RC – Cathédrale de Dol de Bretagne –

Aimais les dernières feuilles rousses

aux arbres

de celles qui s’accrochent

aux branches nues comme un adieu  

tandis que l’hiver facétieux fait table rase

des feuillées,

 

 

s’étiolent  dans un souffle 

que  la lune  ranime

d’un pâle éclat de givre dans la nuit

de Janvier

Aimais les froids  matins d’hiver, 

ensommeillés de gel, 

le tintement grêle de la  cloche  à midi

zébrant  le ciel à la volée,

d’un bleu de porcelaine

plus pur qu’au plein d’été

 

 

Et sur le parvis glacé  dessous

la flèche du clocher les messieurs

à  bedaine et les dames serrées

dans leurs manteaux de laine 

                                                 noirs        

les enfants  lorgnant

les flaques du trottoir

avant d’aller docilement s’asseoir

près du bedeau

(en purgatoire)

 

 

Aimais par-dessus tout

pendant ce temps

– étais-tu suspendu à l’instant ? –

paresser au lit avec toi

guetter le froissement  silencieux

du dégel 

 le floc  des paquets  de  neige

chutant  mollement des toits

 

 

Aimais le désordre des draps  

et  le va et vient de tes doigts

sur ma peau

là où nait le désir qui vous emporte

sur son aile comme un oiseau

 

 

l’ aile du désir est  si pure

je la confisque   

 

 

aux anges en robe de bure

veillant le carré des fidèles

tandis qu’aux cantiques se mêle

de nos ébats le doux murmure

 

 

 


Fernando Pessoa – Le Tage est plus beau


Akbar Padamsee (Untitled)

Le Tage est plus beau que la rivière qui traverse mon
village,
mais le Tage n’est pas plus beau que la rivière qui
traverse mon village,
parce que le Tage n’est pas la rivière qui traverse mon
village.

Le Tage porte de grands navires
et à ce jour il y navigue encore,
pour ceux qui voient partout ce qui n’y est pas,
le souvenir des nefs anciennes.

Le Tage descend d’Espagne
et le Tage se jette dans la mer au Portugal.
Tout le monde sait ça.
Mais bien peu savent quelle est la rivière de mon village
et où elle va
et d’où elle vient .
Et par là même, parce qu’elle appartient à moins de
monde,
elle est plus libre et plus grande, la rivière de mon village.

Par le Tage on va vers le Monde.
Au-delà du Tage il y a l’Amérique
et la fortune pour ceux qui la trouvent
Nul n’a jamais pensé à ce qui pouvait bien exister
au delà de la rivière de mon village.

La rivière de mon village ne fait penser à rien .
Celui qui se trouve auprès d’elle , est auprès d’elle, tout simplement

Le Gardeur de troupeaux

et les autres poèmes d’Alberto Caeiro

nrf

Poésie /Gallimard


Carènes – (Susanne Derève )


Gustave COURBET – Plage d’Etretat par temps de neige

Sous les bâches tendues

la  lumière prend des reflets d’aurore.

Voiles blancs que portent  les flancs

des navires à quai   

carènes sèches  dont la peinture s’écaille. 

  

Œuvres vives     œuvres mortes 

aux relents d’huile et de goudron.

Sans roue ni  gouvernail, nulle route à tracer .  

Pour  tout sillage,  celui qu’impriment  à la boue

leurs étraves.

Ainsi   s’achève le voyage.


Bécasseaux- (Susanne Derève)


PHOTO RC – Landéda

Surtout ne pas marcher trop vite
sur la plage Sainte Marguerite
les bécasseaux sont revenus
fouillant d’un bec ingénu
là où la vague leur abandonne
sur le goémon le sable blanc
son menu fretin, ses gravettes
à la lisière de l’estran

Un nuage de plumes palpite
sur la plage Sainte Marguerite
en épousant le flot ,
petit peuple d’oiseaux si peu farouche
qui s’égaie à notre approche
d’une aile rase à fleur d’eau
dans un pépiement bref que noie le vent
un vent du Nord qui arase les dunes

Quand le soleil de Mars chassera les frimas
seront-ils encore là
à picorer de-ci de-là le sable blanc
ou prendront-ils leur vol ,
nuée mouvante dans le ciel
que l’on suivra longtemps des yeux,
vers l’ Alaska ?


Claude Ber – à Bagatelle –


à Bagatelle je suis allée
ce Dimanche à la roseraie
et … mais à quoi bon te raconter
mais si raconte à Bagatelle au mois de mai

le parfum des buis le goût de lait sucré des fleurs de
chevrefeuille
la nuit brutale des bambous à la cascade aux carpes
et … cette rose changeante au vieillissement de ses
chairs
comme corps devenant dans la mort

à Bagatelle ce mois de mai
t’en souvient-il comme on s’aimait
ton corps … là-bas … qui se défait

un jour la chair quitte les os
les mots les emmaillotent
et . .. berce leur momie au psaume du poème

La mort n’est jamais comme
Editions de l’Amandier


Yann Fulub Follet –  Baie d’Helgoland


James ENSOR – Rêves de nacre- Marine grise

 

 

 

Et au loin la mer…

Miroir au fond de toi

Cœur d’oiseau qui se débat

Dans les brumes laiteuses

Dont je peux épier les rêves

Sur le visage des dieux qui ne se lèvent pas

 

Dès l’aube

Je t’entends planer au-delà

D’abruptes falaises de craie rose

Pauvre clarté de ton visage mouillé

Je t’envie de n’avoir point connu

L’Hiver et les îlots déserts

 

Je t’envie de n’avoir souvenance

De ce squelette de bûcheron

Foudroyé par l’orage

Émergeant des trembles blancs

Sacrifié de solitude aux sourcils noirs

Et au loin la mer…

 

Eté 1872

 

Lettres de Carélie

éditions des orgevaux

 

 

 


Départ – ( Susanne Derève)


BREST – PHOTOMONTAGE RC

 

 

Un ciel de nuit

mais les nuages à l’horizon blanchissent déjà

Tu pars

les lanternes des grues rougissent comme des phares

 

silence   ensommeillé

qui sonne doucement de l’ébranlement des trains

du chuintement régulier des essieux  

de leur halètement sourd 

 

du chant atone des sirènes 

– voix de basse des cornes de brume

émergeant du brouillard

du claquement des toiles   au  vent

 

sonne d’un au revoir  et   d’un baiser mouillé

d’une écharpe qu’on noue

et d’un bonnet serré autour des yeux

 

Sous la  pluie qui noie les lumières de l’aube

Tu pars

 

 


La patience des pierres – (Susanne Derève)


Paul-Emile BORDUAS – Translucidité

S’il demeurait des cendres fertiles sous la glace

qui donc pouvait le dire 

nul ne savait ce qu’ourdissaient les pierres

dans le silence

 J’imaginais  des causses arides sous le manteau

des neiges,

 leurs sinuosités translucides et bleutées

leurs boues fossilisées 

et  côté ombre

réfractant le soleil en lisière des chemins

de blanches cheminées de gel

des éboulis de roches  et d’herbes sèches

gainés de givre

Ce qu’ourdissaient  les pierres dans le silence

qui le savait ?  

est-il un sens à l’éternel recommencement

des rêves et des saisons –

Sans doute attendaient-elles armées d’une infinie patience

qu’œuvre lentement le dégel  

pour éprouver enfin le vertige du vide

répondre à son appel


Louis Calaferte – LONDONIENNES (extraits)



André DERAIN – Londres Westminster

Pendant que j’allumais une autre cigarette

tu as quitté tes bas

assise au bord du lit

et maintenant tu n’oses pas

dans cette chambre où nous n’avons jamais dormi

lever les yeux sur moi

 

C’est soudain comme si le temps meurt ou s’arrête

un long alinéa

je m’approche du lit

et viens te prendre entre mes bras

dans cette douceur triste et qui nous engourdit

j’ai aussi peur que toi

 

Il y a au-dehors des rumeurs vagabondes

nous ne nous en irons que pour un autre monde

 

A Londres c’est l’automne il est presque minuit

 

 

                    *

 

C’est vrai qu’il pleut à Londres

et que les ponts s’ennuient

 

 

Le ciel mourant et hypocondre

aux nuages noués de suie

 

A Londres il pleut à Londres

paillettes de la pluie

 

On voyait la ville se fondre

comme irréelle comme enfuie

 

Un peuple imprécis correspondre

sous les dômes des parapluies

 

Nos ombres allaient se confondre

dans l’ombre grise de la pluie

 

C’est vrai qu’il pleut à Londres

et que je t’ai suivie

 

 

                *

 

Je ne crois pas te l’avoir dit

lundi mardi ou mercredi

ou quelque jour de la semaine

 

Et pour autant qu’il m’en souvienne

tes dents blanches la bouche ouverte

tu mangeais une pomme verte

 

J’ai rencontré dans Fetter Lane

au bras de la sombre Mary

le fantôme de Frankenstein

 

Et pour autant qu’il m’en souvienne

le jade était surnaturel

dans tes longs yeux de caramel

 

Il y avait aussi Boswell

Milton et puis Dickens aussi

et d’autres ombres magiciennes

 

Mais pour autant qu’il m’en souvienne

le blanc le jade et le vert pomme

je ne voyais que toi en somme

 

Qui réellement me surprennes

lundi mardi ou mercredi

et tous les jours de la semaine

 

 

Ragtime

 

Anthologie de la poésie française

Du XXè siècle

 nrf

Poésie Gallimard

 

 

  
André DERAIN – Londres Westminster

Bornéo – ( SD/RC )


Raoul Dufy – Le cargo noir

et une version plus récente du texte de R C

Jean Dufy – Port du Havre


Tristesse – ( Susanne Derève)


zoran Music personnage

                                             Zoran Mušič – personnage 

 

 

Il fait ce soir un temps d’une affreuse tristesse

Les nids sont vides

et le gui a fini d’étrangler les pommiers

Le temps est aussi gris qu’un mur de Dubuffet

ou bien qu’un chien tenu en laisse

Que reste-t-il

de ces années de liesse

de mes jeunes années

 

De Muzic à Kiefer,

le temps a dévoilé peu à peu ses charniers 

de  brouillards et de  cendres  

de  carcasses froissées

 

Je les  souligne d’encre noire

aux  angles aigus  de la mémoire

sans trembler 

 

Il fait ce soir un temps d’une amère tristesse

La nuit est claire. 

Pourtant,  

comment la voir encore  avec un cœur d’enfant

 

alors qu’elle court  avec son œil de chat huant

comme un long corbillard     

à corps perdu 

                                        vers le néant

 


Franck Venaille – égaré dans la nuit


Nocturne en noir et or : la fusée qui retombe (en), James Abbott McNeill Whistler, 1874.

Nocturne en noir et or : la fusée qui retombe (en), James Abbott McNeill Whistler, 1874.

égaré dans la nuit
dans ce qui est

l’obscur complet
j’avance lentement

me tenant par la main


Ne compte pas ce qu’il reste d’étés (Susanne Derève)


Albert MARQUET – Alger

 

 

Ne compte pas ce qu’il reste d’étés

N’en resterait qu’un seul, nous saurions l’épuiser

comme le condamné convoite l’aube recluse,

l’égaré la première étoile

 

N’en reste qu’une trace furtive au creux des blés

un pépiement d’oiseau

la lueur du couchant sur les pierres

un ricochet sur l’eau

et pour peu que le vent le ramène au rivage

le sillage blanc d’un bateau

regagnant lentement le port ,

blanc et sonore du vol agglutiné des mouettes   

 

Le croirait-il, celui qui tient la barre,

qu’il croise pour la dernière fois le phare

et la bouée du  dernier  corps-mort

 

Il pense juste à demain

et demain est plein de l’ombre du vent

sur la mer

et de la fraicheur des risées

du parfum d’iode

et des soubresauts de la pêche

brillante en ses filets      

 

Demain est dans ses rets ,

et dans nos mains peut-être   le dernier été

 

 


Insomnie – (Susanne Derève)


Arpad Szenes – Vers l’Ouest

 

Je me serrais tout contre toi

tout contre ton sommeil

et tes rêves me tenaient en éveil

longtemps …

 

Je  me glissais furtivement hors du lit 

pour leur faire place

 

et l’aube m’accueillait chargée de gris et d’ors

épousant les rives basses du fleuve ,                   

figée dans leur  reflet,

 

n’était-ce l’aile noire d’un cormoran

se déployant sur l’eau et prenant son essor

pour  prélever  sa proie comme un  orfèvre

 

avant de  poursuivre  sa route  le cou tendu

vers les étraves des grands nimbus

au-delà des écluses   et du  havre silencieux  

des grèves  

 

Alors, en frissonnant  je reprenais ma place familière 

entre les draps 

Je m’y serrais tout contre toi  en refoulant  tes rêves 

avant de sombrer enfin  dans le sommeil

 

mais  je crois bien qu’ils m’attendaient

à mon réveil

et   tu  les poursuivais les yeux ouverts

 

 

 


Nabile Farès – N’aie peur , ô Yahia


Al Idrissi (manuscrit)

 

N’aie peur, ô Yahia

fils de mon sang le plus cher.

La nuit d’étoiles douces

a envahi notre arbre

le plus ancien.

 

L’amandier pleure

une cueillette d’amour

et dans son vent

de feuilles sèches

l’été glapit

une douleur d’enfant.

 

De toutes les craintes

qui volent en enfance

une seule persiste

dans l’âge le plus vieux.

 

Un jour naîtra

une reconnaissance

et elle t’appartiendra.

C’est ta patience

qu’il faut conduire

en enfantement.

 

Puis

parle

et dis

quelle fut

notre souffrance.

 

 

 

 

Yahia, pas de chance

Editions du seuil


Le chercheur d’absolu – (Susanne Derève)



Barthélemy d’Eyck : Triptyque de l’Annonciation d’Aix (détail)


 

Tu  conservais les fleurs des champs

dans  les pages des livres

Ce muguet de printemps que je t’avais offert

je l’ai trouvé séché, comme un jalon,

comme un repère,

un doux secret qu’abritait

Le chercheur d’absolu.

Sans doute  ainsi as-tu vécu

traquant  tes rêves solitaires. 

 

 

  

Et  de ces passages annotés,

est-il  un mot à effacer,

est-il une phrase,  un regret

un voyage à Cythère

dont on tairait  l’écho

une voix égarée

la trace d’un sanglot

 

 

une prière  tue

à jamais prisonnière                     

d’Un chercheur d’absolu

aux pages écornées  

que ronge la poussière