voir l'art autrement – en relation avec les textes

Archives d’Auteur

Jean-Michel Espitallier- Land (Appoggiature)


Robert Juniper – Sculptures by the sea

.

Vous reveniez de contrées fort lointaines.

Dans vos regards, le long ruban des régions traversées

montrait des choses mal connues.

Ç’avait été un pays de manufacturiers bossus.

Le chiendent des prairies masquait un peu l’emplacement

de très anciennes villes (on distinguait les traces d’un clocher ;

des viaducs, des tourelles, des mâchicoulis effondrés

dormaient au fond d’un lac).

Sous les joncs, quelqu’un avait trouvé des cheminées d’usines.

Des claies abandonnées vibraient dans les plis d’un talus.

Vous nous parliez aussi d’anciennes plâtrières, d’un four à chaux,

d’une fabrique et de quatre ou cinq forges refroidies.

Des vents charriant des odeurs de bassins et de planches

rembourraient tous les bruits.

Les forêts sentaient la rouille et le carton humide.

Près d’un lavoir, des bêtes étaient venues se rafraîchir.

Vous certifiiez avoir vu dans la vase l’étreinte

de leurs griffes.

La marquise d’une gare, des pendules, une armoire crevée

s’enfonçaient lentement sous des haies de mûriers.

Comme vous traversiez un long champ de rhubarbe, quelqu’un

dans l’équipage avait montré du doigt

des choses un peu particulières.

Vous ne nous dîtes rien à leur sujet.

.

Ponts de Frappe

Biennale Internationale des Poètes en Val-de-Marne


Razzia – ( Susanne Derève) –


Manual of the Mustard Seed Garden. China, between 1679 and 1818. Photo by Maria Govtvan

Quelle invisible mandibule a tissé sous l’ombrage ces poinçons de lumière aux feuilles des tilleuls ? Dépouillé le lys blanc qui tremble, nu, au vent ? Qui des cerises, en maraudeur, ne m’a laissé que les noyaux ?   Ô  sphinx, criocère, étourneau !


Jean-Michel Maulpoix – Chambres –


Albert Marquet – Intérieur (Algérie)




J’aménage des chambres dans l’encre. J’ouvre les armoires. Je dispose des fleurs dans les vases. Je fais pour la mémoire des lits bien propres. Plus personne n’y viendra dormir. Je reste un instant dans la pièce, puis je ferme la porte. II y a, la nuit , des étoiles et des anges. Au matin, j’ai le cœur défait. Qu’importe que les draps restent tirés et les persiennes closes : ces linges un peu rêches qui sentent la lavande au sortir de l’armoire sont ce qu’il me reste de chair. Les oreillers brodés de fleurs bleues et le gros édredon piqué composent sur le lit la silhouette d’un dormeur imaginaire qu’il serait vain de réveiller.

L’idée de chair

Un dimanche après~midi dans la tête

P.O.L.


Le vent – (Susanne Derève) –


Félix Vallotton – Le vent –
Ce vent soudain levé emportait tout 
à travers lui :
L’accablement des jours passés                                             
dans la chaleur caniculaire de Juin, 
un peu de nous soustrait à la fournaise                                                          
derrière les volets clos,le linge
arraché au séchoir,l’odeur de lessive 
et de paille,les chants d’oiseaux.

Peut-être emportait-il l’été dès avant 
sa naissance, 
dont n’avaient plus que faire 
nos peaux brûlées,les feuillages pantelants     
de soif,les mottes grises,l’herbe jaunie.

Il emportait le silence du monde :
Nous savions que le soir venu descendrait 
la clameur du haut des granges,
quand la poussière retomberait avec la pluie, 
et nous nous trouverions tout à coup 
frissonnants,étonnés de sentir sous nos pas
la terre frémir,s’ébrouer.

Nous le saurions alors ce qu’était le cadeau 
du vent :
les parfums retrouvés, cette jouvence 
dont nous partagions l’ivresse 
et qui marchait vers la vallée
porter la fraîcheur de l’averse



Lotus – (Susanne Derève )-


Ninh Binh (Vietnam) 2016

Un peu de terre,
et le chaos des pierres
que vient baigner le flot,                                               
rives,limons,rizières. 

Sous le sampan de bois, 
les lotus à fleur d’eau 
comme une peau légère 
et sur leurs tiges frêles, 
la jupe tendre des corolles,                                                                            
rose,
translucide, 

d’où naît le poème ancestral,                                                                                    
celui qui tient le temps 
dans ses filets, 
le porte jusqu’à nous          
en son précieux calice.

Aux faces parcheminées, 
aux visages étoilés de sueur 
sous la paille,
à leurs bouches édentées,je dérobe 
un sourire. 
Telle chaleur en deçà de l’ombrelle, 
la chanson filée de la rame 
en sourdine.

Je ne trahirai ni l’effort 
ni le silence,
ni la parole lente, 
je tairai les mots. 
Le bonheur est patience.






Ninh Binh (Vietnam) 2016





Constantin Cavafis – La première marche –


Photomontage RC



A Théocrite un jour
vint se plaindre le jeune poète Eumène :
« Cela fait maintenant deux ans que j’écris 
et en tout, je n’ai composé qu’une idylle.
C‘est la seule achevée de mes oeuvres.
Hélas, comme il est élevé, je le vois bien, 
le grand escalier de la Poésie; 
et de la première marche où je suis, jamais 
je n’arriverai à monter, malheureux de moi ».

Et Théocrite de dire: « Semblables propos 
sont déplacés et blasphématoires.Même si tu n’es 
parvenu que sur la première marche, il te faut 
en éprouver du bonheur et de la fierté.
Ce n’est pas rien d’en être arrivé là; 
du peu que tu as fait, la gloire est immense.
Car cette première marche, à elle seule, 
éloigne beaucoup du monde ordinaire.
Pour poser le pied sur cette marche, 
il te faut être de plein droit 
citoyen de la cité des idées.
Et dans cette cité-là, il est difficile 
et rare de se voir inscrit parmi les citoyens.
Sur la place se trouvent de grands Juges
qu’aucun escroc ne saurait tromper.
Ce n’est pas rien d’en être arrivé là;
du peu que tu as fait, immense est la gloire.»


En attendant les Barbares

et autres poèmes

Poésie Gallimard


Louis GUILLAUME – L’étoile


Anna Eva Bergman – 1986 –

.

Tu es celle qui tremble et celle qui demeure.
Ta voix pleure et pourtant ta voix chante.
Tu es la pierre tendre où vient mourir la peur.
Une joie flotte.
J’écoute un sillage de notes .
Dans tes cheveux s’allume une étoile d’écume.
Grave
tu suivais des yeux les épaves
et tu tendais vers moi des mains de sauvetage.

.

Poèmes choisis

ROUGERIE


Midi aux oiseaux- (Susanne Derève)


Fernand Léger – Oiseaux sur fond jaune –




Trois nids  
Un va et vient sonore de pépiements 
et de bruits d’ailes
entre le toit et la remise

un oisillon tombé du nid, 
à peine mort,que déjà les fourmis carnassières 
sont à l’oeuvre

C’est midi au soleil 
Le coq au cadran veille 
On voudrait faire silence mais c’est un roi 
sans trône que le silence 
tant l’air résonne de trilles 
et de vols affairés

Le rouge-queue,inquiet,caquette comme une poule 
Le moineau lance inlassablement de la gouttière
son cri fluté

Il faudrait graver dans le bleu du ciel 
ces chants d’oiseaux, 
avant que dans sa course folle 
un couple d’hirondelles ne les disperse au vent   



Alejandro Oliveros – Table de travail


Pablo Picasso – Intérieur à la jeune fille qui dessine –
Table de travail

Au petit matin,
avant que les coqs
ne se perdent dans le ciel,
j’écris sur tes jambes
et restent au sol
mes plumes et mes livres.
Voici ma table de travail :
ici j’écris de mes doigts
contes et poèmes
sur les feuilles de ton corps.
Dans une maison lointaine sont restés
tous mes livres et mes papiers,
les éditions de Catulle et d’Horace
et le théâtre complet de Shakespeare.
Loin de mes cahiers, seul
me reste le papier de ta peau,
en ce si petit matin
où les murs sont aveugles.

Mesa de trabajo 

En las horas más pequeñas,
antes que los gallos
se pierdan en el cielo,
escribo entre tus piernas,
donde quedaron
mis plumas y libros en el suelo.
Es mi mesa de trabajo, 
aqui escribo con mis dedos
los cuentos y poemas
en las hojas de tu cuerpo.
En una casa lejana han quedado
todos mis libros y papeles, 
las ediciones de Catulo y Horacio
y el teatro entero de Shakespeare.
Lejos de mi cuadernos, solo
me queda el papel de tus pieles,
en estas horas mas pequeñas,
cuando son ciegas las paredes.



Le Royaume perdu

Editions CONFERENCE


Nicolas Granier – Brèves de poésie (Susanne Derève) –



 

Elegie

Paroles

Appelle-moi encore

Ame qui vive


Elle disait – (Susanne Derève) –


– photo SD –
Elle balançait son pas léger sur le pavé 
des rues 
et ses cheveux flottaient 
comme d’anciennes voiles 
avec leur lien de chanvre abandonné au vent 

Elle disait:
Je m’en vais pour longtemps
et son regard brillait du fol émoi 
qui gouverne les rêves
habillait l’horizon de palais de lumière 

tandis que j’y voyais lever un éternel hiver 
Elle disait je m’en vais 
dans son oeil tremblait le reflet des lagunes …

et j'y noyais mon infortune

Rose Ausländer – Moi une petite fleur –


Photomontage RC
Moi une petite fleur


Pourtant les roses 
hautes comme l’été 
les papillons 
les ailes des mouettes 
au-dessus de la rivière

Non
Je n’oublie pas 
les années marquées au fer
je n'oublie pas 
que des bottes 
ont piétiné l’arc-en-ciel 
qu’elles s’apprêtaient 
à nous transformer en 
roses de feu papillons de feu ailes de feu

pourtant hauts comme l’été 
le parfum
les ailes doubles au-dessus de la rivière 
l’or sur ma peau

et les roses mortes 
après la nuit

Ich eine kleine Blume


Dennoch Rosen 
sommerhoch 
Schmetterlinge 
Möwenschwingen 
überm Fluβ

Nein
ich vergesse nicht 
die eingebrannten Jahre 
ich vergesse nicht 
daβ Stiefel
den Regenbogen zertraten
daβ sie sich rüsteten
uns zu verwandeln in
Feuerrosen Feuerfalter Feuerschwingen

dennoch sommerhoch 
der Duft
die Doppelflügel überm Fluβ 
das Gold auf meiner Haut

und die toten Rosen 
nach der Nacht


       **
                   

ich spiele noch – je joue encore

traduction alba chouillou

LE BOUSQUET-LABARTHE éditions


Poppies – (Susanne Derève) –


Vincent Van Gogh – Champ de coquelicots –
Ne crois pas que les coeurs s’éteignent
Poppies   coeurs charbonniers    

le vent s’en joue et les malmène
froisse leurs pétales à regret   
     
Ainsi agaçait-il les jupes rouges 
des filles  le vent 
avec ses ailes bleues de paon 

feu follet sur la lande palpitant sous la boue 
et la nuit comme un cierge
brûlait à nos genoux   

Lande brune de bruyères et d’ajoncs
croix des calvaires jaunies de mousses
la pierre sous nos doigts était douce 

et les lointains noyés dans les brumes d’été 
résonnaient de la mer  la grande Ourse de sel  
sur les sables déserts

Poppies  
ne crois pas que les coeurs s’éteignent
Là où les champs de blés essaiment leur butin 

on voit parfois des fleurs aux croisées 
des chemins    un sanglot rouge    
que noie le vent marin







 



Patrick Laupin – Un peuplier –


Felix Vallotton – Paysage à Marcillac (Dordogne)
 
   
Nous courions. Nous avons couru sous la pluie 
vers ces ruines détachées du sommeil.
Un peuplier. Lentement le village désert 
depuis les berges de l'aube.
L'écriture des brumes et le matin nu 
sur ce peuplier.
Que reste-t-il d'un peu plus lumineux 
dans ces premiers mots
Quelle image alors déchirée et parlante
semblable au vent semblable à la pluie 
semblable à la lumière
morte comme ces yeux fermés
                              
 

Patrick Laupin
LE JOUR L’AURORE
Poésie
Editions Comp’Act




Ici, on a les oiseaux – (Susanne Derève) –


Max Ernst – Les oiseaux –
Ne t’inquiète pas :
ici, on a les oiseaux, 
qui font de charmants tête à queue 
sur la gouttière, 

Ils  piaillent, piaillent 
 - et pas besoin de leur répondre -
recouvrent de leur chant l’incessant va et vient 
des voitures qui vrombissent au bas du jardin,
et sèment leurs miasmes de gazoline au soleil

Ne t’inquiète pas pour moi, appelle 
quand tu peux, 
les oisillons sont nés, ils tendent un bec avide
comme un enfant jamais rassasié 
de tendresse ; 

et puis voilà qu’un moinillon prend 
son premier envol, 
atterrit tout ébaubi à mes pieds, 
recouvre doucement ses esprits 
pour gagner le couvert d’une patte incertaine

Le second s'égosille au bord du nid s’avance,puis recule, 
effrayé,tel nageur vacillant 
pris de vertige en haut du grand plongeoir 

Et pas de mère oiselle pour lui venir en aide 
sous le vent …




Père, Mère – (Susanne Derève)


Maurice Denis – Malon et les hortensias (Musée des Beaux-Arts de Brest)
Père, mère, 
on vous abrite toute une vie,                                                                         
oiseau fragile nous portant d’un coup d’aile 
au-delà de nos rêves,
ou  talisman de pierre nous plombant de regrets 

Tes rêves, père, 
comme un livre entr’ouvert dans mon regard d’enfant, 
de jeunesse guerrière,d’eaux neuves,  
de poissons glorieux entre tes mains agiles                                 

Tes rêves, mère aux pantoufles de vair, 
façonnés de tendresse et de rires                                                         
d’étoles de velours et de tables dressées    

Dans vos sourires flottait la tranquille certitude                                                               
de l’amour,  
et je le cueille encore,orchidée sauvage  
dans les prairies fécondes du destin, 
je le dessine au-delà de la perte et de l’oubli
en  palimpseste du souvenir 
pour récrire l’histoire de vos vies, 
plus fervente et plus douce,telle qu’en vos rêves                                              
juvéniles avant la pluie, 

avant le naufrage de la mémoire,des paroles, 
des non-dits,
avant que le dernier train qui s’éloigne 
ne me laisse seule 
et dépourvue au bord du quai, 
serrant mon blanc mouchoir d’adieu,
Père, Mère aimés,
sans bien comprendre encore  
que je vous ai perdus



Jean-Pierre Siméon – L’avalanche des larmes (extrait)


Salvador Dali – Alice au Pays des Merveilles –

 

mais il y a le pas de ceux qu’on aime

dont on sent

exactement quel poids de souffrance pèse

dans le talon

il y a leur poitrine où nous allongeons

notre sommeil

qui se soulève comme les grandes feuilles

sous la brise

là où nous entendons l’oiseau

déchirer ses ailes

.

il y a notre amour qui est un rythme

entre la terre sa terreur et le ciel

car notre coeur est une branche

qui a soif

et qui cherche son fruit par le soleil

et par la pluie

cependant à mesure que la douceur du fruit

s’engendre

une mort transparente monte

dans la sève

.

l’amour serait le vide qu’une clarté

emplit

et l’emplissant terriblement

elle l’agrandit

qui ne sait que l’amour est vaste

et la solitude infinie ?

la poésie commence

où l’amour cogne au vide

là où tout manque se rue l’avalanche silencieuse

des larmes

.

elles ne sont pas ces larmes

larmes de paupière

et le poème n’est pas une élégie

d’eau et de sel

larmes pour elles sans doute

n’est qu’un nom de théâtre

elles sourdent en nous

d’une immortelle absence

comme ce rien pesant qu’exsudent les murs

dans la nuit

.

c’est en chérissant si fort

une main étrangère

et après la main la volonté qui la fait l’épousée

de l’âme

qu’on devient l’obligé malheureux

de la joie

une joie tourmentée chaque jour

à repousser sa mort

une joie au combat sous la ruée silencieuse

des larmes

 

Traité des sentiments contraires
CHEYNE Editeur 

Au fil de l’eau – (Susanne Derève )


photo RC -Bords de Rance –
Au fil de l’eau,  
un bruit de baiser sur la roche, 
le rire léger de la marée étale,
telle transparence qui arrache 
aux pierres plates 
sous la surface de doux reflets de perle

la chanson lancinante de la vague va va va 
et revient   
avant que les courants ne refluent et t’emportent
comme fétu de paille
ou ne te laissent échouée sur l’estran 
de boue grise
tremblante sous le vent 



Atteindre les berges sans éprouver de vertige – ( RC )


photo Roberto Ruberti « jeunesse » – Birmanie 2018

une passerelle sur les eaux,
quelques troncs mal équarris,
noirs par-dessus la rivière en furie
petits graphismes sur une portée,
quelques notes sans artifice
sur une partition beige,
appel du précipice
pas de bémol pour les dièses…
qui va pouvoir l’interpréter
sans qu’on le dirige
pour atteindre les berges
ni éprouver de vertige ?

sur une partition photographique de Roberto Ruberti « jeunesse » – Birmanie 2018


Yang Ermin – Ma rose –


Yang Ermin – Courbes (2000)

Le ciel mélancolique a bonne mine
Une apsara dotée de tous les pouvoirs
Vole sous la bruine et le vent
Son regard obstiné perce la brume rouge 

Colombe grise sur le plateau du Golan
Dans la frénésie de l’été
Elle déploie ses ailes nues à sa guise

Elle regarde fixement tes yeux
Me voilà confus et triste
Je cherche les ailes qui s’envolent
Et c’est ma rose que j’aperçois



 La poésie des couleurs chez Yang Ermin PDF

Marie Laureillard –


Pier Paolo Pasolini – Les feuilles des sureaux –


Paul Cézanne – Côte du Galet à Pontoise –
Les feuilles des sureaux, qui sur les canaux 
sortent de leurs tièdes et rondes branches, 
parmi les filets rouge sang, parmi les balcons

jaunâtres et orangés que forment les joncs 
du Frioul, alignés en perspectives dépouillées 
sur le fond des crêtes dépouillées

ou en douces courbes le long des joyeuses 
pentes des berges... Les feuilles 
des peupliers arachnéens, amassés

sans un frisson en foules silencieuses
au fond des champs déserts de luzerne;
les feuilles des humbles aulnes, le long des mottes

asséchées où le froment lève ses ardentes petites plantes 
avec des tremblements déjà de bonheur; 
les feuilles de la mâche qui couvre, tiède,

]a levée de terre sur les tapisseries d’or des vignobles.

Poésie

1943-1970

nrf Gallimard


Éoliennes sur champs de colza -(Susanne Derève)-


photo web retouchée
Eoliennes sur champs de colza,
jaune apparat pour fleurs d’acier, 
et de joyeux nuages en gardiens du troupeau
céleste. 

J’imaginais des clairs-obscurs agrestes
des ciels champêtres  de tendres bosquets 
de printemps...  

Qu’une bourrasque les emporte !

Les fleurs distilleront la lumière du vent 
et les prairies engraisseront la toile 
de mes rêves
pour les changer en or. 


Chemins de Rance – (Susanne Derève) –


Bords de Rance (2019)
La joie,
envahie par l’herbe du temps 
comme tronc mangé de lierre,
trèfle dans la prairie, 
à ajuster mon pas dans les pas d’autrefois, 

joie morcelée, 
ce chemin mille fois emprunté 
qui devient  dépossession de soi,
quête illusoire
dans les lieux que portait l’enfance,
des sons,des odeurs,des voix. 

Manque le bruit des voix, 
des frôlements,des rires,leur soudain éclat
comme au fil du diamant. 
Manque le poids des corps et des étreintes
et l’épaisseur des chairs, dense,
leur ombre chaude dévoilant le soleil,
cernant les peurs,les devenirs.

Joies éphémères, 
tous les chemins de Rance portent
mes souvenirs,  
seul les noie le chatoiement de l’eau
dans la lumière,les mille et un fragments 
de son miroir brisé 
où la mémoire s’immerge, 
un instant pacifiée.



Jean-Yves Reuzeau – Au réveil


Max Ernst – Tree of life –
			 

J’ai revu cette rivière sauvage, 
avec ses truites de liberté fraîche.
J’en ai bu l’écume et caressé les galets fatigués.

Je me suis étendu sur la mousse du sous-bois, 
parmi les murmures langoureux
de l’ombre.
Je me suis perdu ; ivre de senteurs,
ivre de mots...

Je me suis perdu dans la liberté d’un rêve, 
et au réveil les oiseaux
portaient des muselières.

Ecume de sommeil, 1975

**

Je est un autre

Anthologie Bruno Doucet


René Depestre – Est-ce vrai ?


Luce Turnier – collage
Est-ce vrai que la force de mes bras 
et la machine à laver ton linge 
sont des chevaux du même attelage 
sont des esclaves de la même chaîne ?

Est-ce vrai que tu préfères 
le phare blanc de ton auto 
au feu noir de mon visage, 
la patte blanche de ton chien 
au joyeux bonjour de mes mains ?

Est-ce vrai que tu ne sais pas 
de film plus doux et reposant 
que le spectacle de mon coeur 
montant sur le bûcher raciste ?
Est-ce vrai que tu gardes 
à portée de la main 
une corde qui porte mon nom 
une balle qui sait par coeur
la carte obscure de mon corps 
un tribunal toujours prêt 
à me couvrir de ténèbres 
un linceul coupé 
sur la mesure de mon âme ?

Ô blanc serpent du racisme 
crieur de mon sang versé 
comme j’eusse aimé 
que tout ce poison 
naquît de la nuit 
des mauvaises langues 
comme j’eusse aimé 
crieur de mes jours 
voir quelque lueur 
rétablir le cours humain 
de la beauté dans ton coeur !

Mais le sang versé des nègres 
du haut de ses saisons en fleurs 
me crie de prendre garde à toi 
tu es sur mon chemin 
me crie le sang musicien 
tu es une tête de mort 
une mauvaise tête 
de la pire des morts 
une tête à claques 
au service de la mort.




René Depestre

Minerai noir

Anthologie personnelle

Poésie Points

Luce Turnier : peintre Haïti -1924-1995


Amarres – (Susanne Derève)-


(vidéo RC – Bords de Rance)

 

 

Elles n’auront guère changé à l’échelle d’une vie :

rives de vase, mêlées de sable ou de boues grises,

de coquillages ,

polies par le lent va et vient des marées.

 

Sur l’estran, c’est le même bois flotté

qu’on ramasse, année après année,

les mêmes algues sèches en haillons de dentelles

aux bras des  églantiers,

le squelette rose des étrilles qu’émiette

patiemment le vent.   

  

Simplement, la main au fil du temps hésite

à les cueillir et l’œil se fait caresse,

sondant les eaux-mortes des grèves

pour y  surprendre l’aigrette blanche à l’heure

où  les ombres s’allongent , 

 

le vent tombe, 

on ne distingue plus le fil du rivage

mais seulement la silhouette gracile de l’oiseau,  

et l’on devient soi-même  oiseau

fragile et solitaire

à regarder sombrer le ciel :

oiseau , amarre, attrape-rêves.

 


Frantisek Hrubin- Ne meurs pas,


peinture N Gonchavora   ornement  électrique   1913

Ne meurs pas, m’as-tu dit ce matin.

Moi mourir ?

Je suis assis à la fenêtre je dois veiller.

Et toi tu dors je ne sais où

Là-bas, loin, quelque part

dans la carriole à rideaux. Moi mourir ?

Aujourd’hui il y a tous ces jours en plus, où je m’épanouis

dans l’éclat du soleil me répandant

comme une chanson à mille refrains.

Aujourd’hui il y a aussi cette nuit en plus

et je me retrouve à la charge des autres

et de moi-même………..

extrait de »Romance pour un clairon » (  recueil de la nouvelle poésie tchèque )