voir l'art autrement – en relation avec les textes

auteurs à découvrir

Michel Foissier – hombres dans l’ombre des révolutions


hombres dans l’ombre des révolutions
il construit une échelle de bois blanc
une volée de marches pour voler à nouveau
escalier qui porte à la porte des femmes
chambre où se découvre le pot aux roses de la mémoire
aveugle écossant des images de papier glacé
ses doigts révèlent des héroïsmes de soldats de plomb
il rêve de ce miroir obscur où se reflète une étoile
araignée d’argent dans la gourmandise de sa toile
chapeau de feutre visage de plomb
il est cousu dans un linceul de silence
et puis dans la douleur d’un petit lit de fer
chemise tachée de sang
avec lui nous tombons la face contre le mur
dans le pressentiment du petit jour


Jean-Luc Parant – le chant du vide


C.M. – Mais la musique n est-ce pas le chant du vide ?

J.-L.P. – Oui, car si être aveugle c’est avoir perdu le soleil, être sourd ce serait avoir perdu le vide. Un texte qui ne laisserait rien entendre ne se laisserait pas lire.

La lumière sans l’espace ne pourrait pas l’éclairer, la nuit le recouvrirait aussi vite.
Si les oreilles sont placées de chaque côté de la tête et non ailleurs c’est parce que de chaque côté de nous il y a le vide sans fin.


À gauche et à droit nuit, devant nous le jour.

(extrait d’un dialogue avec Claude Margat )- CIPM editions


Jean-Christophe Belleveaux – Komodo –


Photos Jean-Christophe Belleveaux – Komodo

je n’avais pas de havresac jeté sur l’épaule, le
bateau était pourtant là qui nous attendait, dans
le port de Labuhanbajo, un petit bateau de
pêche en bois, tout simple, bleu et blanc,une
ancre rouillée à la proue : Émile et moi partions
pour deux jours naviguer en mer de Flores

ainsi, ce moment de l’embarquement, qu’on dirait
volontiers passé (dans le réel) existe maintenant
et différemment, dans cette collection de mots
et bien sûr que là-bas l’eau clapote doucement,
comme ici clapote la phrase ensommeillée

je replie les paradigmes sur les portulans, des
bicoques branlantes penchent sur leurs pilotis,
grises comme mon âme, trouées

les dragons sont des contrebandiers gris eux
aussi, monstres de cendre sur une terre
de cendre
et nous, acagnardés dans les soutes de
l’existence, à épier

Komodo n’est qu’un prétexte

dans le sfumato matinal émerge, sur la côte,
la silhouette d’une mosquée avec sa coupole
métallique

(Émile a l’air indifférent des gamins à qui on
ne la fait pas, moi je prends des photos
que je montrerai à sa mère à notre retour)

des barcasses défient la durée dans la vase
du rivage et ce monde se laisse dire, dans
les méandres duquel nous sommes perdus,
lentement

puis nous concluons des pactes furtifs avec les
sentiers, les lianes, le point d’eau où s’abreuvent
les buffles

c’est-à-dire : je file à petits gestes résignés le lin
de la tristesse

la nuit, nous dormons sur le pont du bateau, le
gouffre austral du zodiaque au-dessus de nos
têtes, de ce sommeil autre et pareil
une brise marine peigne nos cheveux

cependant, nos fenêtres françaises, si loin, sont
peut-être ouvertes sur des après-midi d’orage,
un cri retenu, la même phrase imprononçable
qui dessine une frontière imperceptible entre
nous et le néant

 

.

Territoires approximatifs
Editions Faï fioc

.

voir également le blog de dominique boudou

et https://www.facebook.com/jeanchristophe.belleveaux

.


Esther Granek – Evasion


encres +collage Jane Cornwell

Et je serai face à la mer
qui viendra baigner les galets.
Caresses d’eau, de vent et d’air.
Et de lumière. D’immensité.

Et en moi sera le désert.
N’y entrera que ciel léger.
Et je serai face à la mer
qui viendra battre les rochers.

Giflant. Cinglant. Usant la pierre.
Frappant. S’infiltrant. Déchaînée.
Et en moi sera le désert.
N’y entrera ciel tourmenté.

Et je serai face à la mer,
statue de chair et cœur de bois.
Et me ferai désert en moi.
Qu’importera l’heure. Sombre ou claire …


Jean-Yves Fick – Nuit / Icaria 43


La main irascible
il aurait tout calciné
des jours et des signes

n’en resteraient plus
au creux de sa paume ouverte
que cendres ténues

il sait ou devine
les tourbillons de l’angoisse
l’effroi de la chute

il lui faudra bien
tôt ou tard c’est imminent
reprendre  son souffle

passages de feu
luisent dans son dos
il s’ouvre son chemin là.

texte de J Y F issu de gammalphabets


Xavier Bordes – Enluminure noire et or


Avec le soleil du soir      une étoile est tombée dans le vase en cristal      où s’ennuient      sur la table de la terrasse       des fleurs apportées le jour de Noël par des visiteurs amis

.

La table elle-même      est recouverte d’un plexiglas qui reflète       à la manière d’une flaque d’eau      le feston inversé des frondaisons       serties dans l’ambre doré du ciel       au ras des monts bleus

.

Des étages de longs cirrus clairsemés       s’étirent de l’est à l’ouest      minces et clairs      eux reçoivent encore       la rougeur du soleil disparu       Un alphabet noir de tourterelles      ou de corbeaux

.

s’envole vers le sud      vers la mer indigo      en emportant, me dis-je, les derniers espoirs de la journée      Il est à peine cinq heures      et déjà le crépuscule assombrit la chambre où je m’active

.

L’étoile s’est éteinte      dissoute dans l’eau du vase      C’est à peine si je devine mes mains      qui travaillent au noir      Peut-être la nuit qui se densifie dehors entrera-t-elle flairer mon encre

.

Reconnaîtra-t-elle      dans ce bâton chinois orné d’un dragon d’or      la matière qui      frottée au creux de la pierre reï avec quelques gouttes du ruisseau voisin      parfume d’ambre gris toute l’atmosphère de la pièce ?

.


Samira Negrouche – Granit


photo RC Finistère

Granit
à sol…….. désoeuvrés
nos corps
assoiffés

La pluie
en complainte
précipite à contrées
verdâtres

Nous restons
à lieux…… dits
nos membres rassemblés
au crépuscule
du vent.

extrait de (A l’ombre de Grenade )


Hugo Le Maltais – Matricule des anges


photo RC de l’île Tioman

A l’heure où s’endorment les pigeons
La lumière se recroqueville,
Au creux humide de la nuit.

Carlingue de lune,
Sur un ciel de rouille bleue

Sous les néons électriques
Les naufragés s’entassent
Entre la chaleur d’un grec et
Les vapeurs
D’une 8-6

Les dieux nocturnes
Ont des enseignes lumineuses
Sex-shop, doner kebab et
Pharmacie de garde.

Les oies sauvages piquent vers le sud
Le feu crépite
Un verre de porto blanc à la main,
Je m’absente du monde.

(J’ai égorgé la nuit, qui s’est répandue dans une aurore écarlate…)


Martine Cheval – marches


Les marches sur les routes du soleil,
la lumière qui penche elle aussi,
vers les cailloux de contes à ramasser
avant que de les raconter.
Les marches en montagne, dans les bois, les vallées,
celle de l’Ourika et Oulmès,
Oukaimeden, Besse, l’Atlas et tant d’autres…

Les haltes des cabanes à construire
et les fleurs en couronnes à la manière des Russes :
les filles en princesses des contes qu’elles lisaient,
les garçons en « homme fleurs » de l’Arabie du Sud.

extrait de « Jardins d’enfants »


Ilarie Voronca – rien n’obscurcira la beauté du monde


Rien n’obscurcira la beauté de ce monde
Les pleurs peuvent inonder toute la vision. La souffrance
Peut enfoncer ses griffes dans ma gorge. Le regret,
L’amertume, peuvent élever leurs murailles de cendre,
La lâcheté, la haine, peuvent étendre leur nuit,
Rien n’obscurcira la beauté de ce monde.

Nulle défaite ne m’a été épargnée. J’ai connu
Le goût amer de la séparation. Et l’oubli de l’ami
Et les veilles auprès du mourant. Et le retour
Vide du cimetière. Et le terrible regard de l’épouse
Abandonnée. Et l’âme enténébrée de l’étranger,
Mais rien n’obscurcira la beauté de ce monde.

Ah ! On voulait me mettre à l’épreuve, détourner
Mes yeux d’ici-bas. On se demandait : « Résistera-t-il ? »
Ce qui m’était cher m’était arraché. Et des voiles
Sombres, recouvraient les jardins à mon approche
La femme aimée tournait de loin sa face aveugle
Mais rien n’obscurcira la beauté de ce monde.

Je savais qu’en dessous il y avait des contours tendres,
La charrue dans le champ comme un soleil levant,
Félicité, rivière glacée, qui au printemps
S’éveille et les voix chantent dans le marbre
En haut des promontoires flotte le pavillon du vent
Rien n’obscurcira la beauté de ce monde.

Allons ! Il faut tenir bon. Car on veut nous tromper,
Si l’on se donne au désarroi on est perdu.
Chaque tristesse est là pour couvrir un miracle.
Un rideau que l’on baisse sur le jour éclatant,
Rappelle-toi les douces rencontres, les serments,
Car rien n’obscurcira la beauté de ce monde.

Rien n’obscurcira la beauté de ce monde.
Il faudra jeter bas le masque de la douleur,
Et annoncer le temps de l’homme, la bonté,
Et les contrées du rire et de la quiétude.
Joyeux, nous .marcherons vers la dernière épreuve
Le front dans la clarté, libation de l’espoir.
Rien n’obscurcira la beauté de ce monde.


photo Renaud Camus


Florence Noël – d’écorce


on avait dit au revoir aux arbres
à chaque feuille
et de tomber avec elles
nos mains s’enflammaient
puis murmuraient des choses lentes
apprises dans l’humus
le manteau de leur torse
était trop vaste
pour contenir le souffle des oiseaux
et tous ces souvenirs
délestés de bruissements
ces troncs buvaient nos bouches
adoubement de sèves
de part et d’autre
d’un baiser de tanin
on avait confié à leur chair
le soin de graver
l’étendue d’une vie
et dans l’ombre inconnue des cimes
nos dents entaillaient
le fragile désir de croître.

extrait de « Au hasard de la lumière »


Roland Dauxois – la jouissance toujours féconde de l’esprit


Je n’ai jamais voulu filer
avec les fileuses du temps
ni voulu me prendre les pieds
dans les filets du verbe,
je n’ai voulu vider mes yeux de leurs visions
je n’ai voulu brûler sous nul soleil
ni priver mon corps de ces mystérieux élans,
ni me perdre sur la ligne faillible de l’horizon.

J’aimerai sombrer
dans les profondeurs de mes draps froissés,
vagues blanches, torrents d’écume
qui rageusement m’emporteraient,
loin de ces rives où l’astre de feu inconsolé
annoncerait sa politique de cœur brûlé.

Je n’ai jamais voulu croire
en cette joie terne des jours travaillés
en cet immense laminoir
qui ne se lasse d’avaler les êtres
et de les rejeter en fumées,
je ne parle ici de camps de la mort
mais de ces usines
dont l’absence même est pleurée.
Je n’ai jamais voulu croire
en ces visions de paradis matériels
qui nous font oublier nos âmes
je n’ai jamais voulu croire
aux paroles de ces fanatiques
qui renient leur corps
pour trouver des dieux
qui justifient leurs tyrannies.

Je n’ai jamais voulu cesser de croire
en ces nuits
où guidé par des lampes merveilleuses
mon corps visitait les régions invisibles,
dialoguait avec le monde
des herbes et des écorces,
frottait sa peau blanche à l’arbre millénaire,
apprenait par le sexe
la jouissance toujours féconde de l’esprit.


José-Maria Alvarez – Le fruit d’or, lointain


Pour Carme Riera,

Les nuits où brille la lune
je me promène dans mes jardins
sur le port, je contemple les étoiles
et la mer calme.
Ah comme elle me rappelle Alexandrie,
l’air apporte les mêmes
arômes et la même fraîcheur,
et parfois j’imagine que sous mes yeux
ce sont ses rues joyeuses qui dorment.
Que sera devenu Phila ? Qui jouira cette nuit
de son corps que je désirai tant ?
Mon cœur est encore ouvert
à sa grâce adolescente,
je peux encore sentir sa bouche sur mon corps,
ses attitudes infantiles,
la musique de ses bracelets résonne encore
à mes oreilles et console mes nuits.
Pourquoi accepter qu’elle aura,
comme moi, vieilli?
Ni les dieux, ni la nuit ne la ramèneront.
Mais elle vit dans ma rêverie,
je peux en elle retenir ces heures-là.
Et fixer pour toujours dans mes vers
l’éclat de son corps presque impubère.

  • extrait d’une parution dans la revue Apulée _2016

Armel Guerne – l’éclat dernier des trompettes dernières


photo RC Malaisie

Aux fleurs, voyez, qui sont fidèles au terrestre,
Nous prêtons un destin sur le bord du destin.
Mais s’il leur est amer, qui sait ? de se faner,
C’est à nous de porter, d’être leur repentir.
*
L’avenir est muré, voûté comme une cave
Où vient demain, furieusement
Retentir seul l’éclat dernier
Des trompettes dernières,
Plus grandes que le soleil et la nuit.


Colette Daviles-Estinès – le poème de papier,


Le poète distribuait des poèmes de papier
avec des mots d’encre dessus
et de la joie, et de la peine
dedans les mots
du désespoir, des espoirs
des questions, de la colère
jamais de réponse mais des doutes

Il y avait du passé dedans
et des errances
et du vivant

Il voulait que ses mots ouvrent des chemins
que ses poèmes soient des clefs
dans la serrure des cerveaux
en faire des grenades de soleil

Dégoupiller le soleil
et BOUM sur les frontières

Mais c’est un poème de papier
qu’un passant a jeté par terre
après avoir froissé les mots
dans sa main

J’ai ramassé le poème de papier
l’encre, l’espoir
et le vivant

Défroisser les mots
Etre le cœur qui bat
dans la voix qui les porte

 Colette Daviles Estines


Roja Chamankar – Le neuvième jour de la mer –


Odilon Redon – Roger et Angelica
C’était le neuvième jour de la mer
Recroquevillée sur moi-même
Accompagnée du cri de la mère
J’ai glissé
Dans un bassin de cendres
Avec deux ailes blanches aux épaules
Comme un oiseau à la gorge coincée
La poche d’eau m’a mouillé les yeux

La mer était salée et grande
Le matelot frappait en cadence
Le tambour
Gitane solitaire
Une danseuse sans anneaux aux chevilles
Ni grain de beauté au coin des lèvres

Mes poupées
Ont grandi
Aux seins arides et au lait noir
Et un ruisseau de sang a brûlé leurs cuisses

Le neuvième jour de la mer
Aucun bruit d’applaudissements
Ni de you-yous
Quatre gouttes de sang tombent de ma gorge

Je m’offre...
La mer était salée et grande
Pour la gitane solitaire

C’est pour tes yeux que je suis devenue poète.

Je ressemble à une chambre noire

Traduit du persan (Iran) par Farideh Rava  

Ed. Bruno Doucey

A écouter , à lire :

Apéro-poésie avec Bruno Doucey #44 / Roja Chamankar (5 poèmes dits par Bruno Doucey)

 La pierre et le sel : 28 novembre 2018  Roja Chamankar


Samaël Steiner – Au bout du bout de la côte


photo RC – proche du phare de l’île vierge Finistère nord

Tout à l’heure je serai sur la pointe friable,
au bout du bout de la côte.
Je regarderai l’Océan déraciner des arbres de sable,
des arbres centenaires, qui
depuis des centaines se déracinent plusieurs fois par seconde,
avec toujours des yeux pour l’aventure.

Tout à l’heure j’aurai fini de traverser le marais,
j’en aurai fini avec cette route qui va s’en aller,
qui se traîne et crache des ombres aux tournants.

Tout à l’heure je serai à cet endroit de la côte
d’où les vagues, entre elles,
paraissent un attelage de bœufs,
et je regarderai les bêtes toutes d’écume,
labourer les sables éteints.

Tout à l’heure il sera tard.
Les mouettes mangeront les dernières minutes
agitées dans le soleil et le cri de la terre
que le jour quitte, s’élèvera de toutes les issues,
comme une clameur de fête.

Tout à l’heure, arrivé à cette place haute,
en surplomb de l’océan,
je regarderai rentrer les bateaux fatigués,
comme des chiens qui ont couru le vent.
Je regarderai le vent traverser l’air,
les cheveux et les doigts de pieds déjà plein de sel.

Et lorsque les rocs irascibles se mettront à chanter,
lorsque les arbres se prendront pour les phoques
et se mettront à marcher droit de côté,

j’y serai,
debout,les yeux ouvert à l’étranger.
J’y serai
sur l’aile friable,
à la pointe de la pointe,
au dernier caillou de la côte,
que l’ombre de l’oiseau peut,
à elle seule, recouvrir.

J’y serai.

(Extrait de : Textes par trois – Printemps 2010)

poème extrait du site  » le manoir des poètes »


Roland Reutenauer – Ratissant tous les soirs son intime lopin


photo Philippe Jacquot

Un jour on voyagera dans l’herbe
autour de chapelles totalement historiques
écoutant des chorals de Bach des choses
vivifiantes
indéchiffré le monde sera il aura plu acidement
dans les philosophies théologies cosmogonies
les poètes auront sucé la pulpe des mots
savouré les pépins amers
on aura dit je reviens à la surface
et j’y reste

 
    2

On peut s’asseoir sur l’idée qu’on se fait de soi-même
et s’y trouver mieux que sur un coussin agrandir au mur
l’œil mélancolique et laiteux du moineau de mars
on peut regarder les poèmes comme autant de minutes
chauffées à blanc de la prose quotidienne galettes de magnésium
sirop du dasein
se redire que la poésie a bouclé son temps
que son temps viendra qu’elle se nourrit de doutes
que la meilleure façon de tourner en rond
c’est encore de danser on peut se lever sortir
en une longue dérive en ville se rejoindre peu à peu
jusqu’aux abords flous de la ville où l’air vient mourir et renaître
expulsé d’un immense sac en plastique bleu
on peut se taire

décembre 1983 – mai 1987


Eric Poindron – honnêteté et irrévérence


montage RC

Depuis l’âge de 15 ans, je suis un disciple forcené de saint François d’Assise, et à ma manière, je cultive l’honnêteté et l’irrévérence

( extrait de la page )

autrement , un podcast Radio-France » le lecteur somnambule »


Journal d’un voyage, quand je tourne les pages – ( RC )


photo Virginie Gautier

Journal d’un voyage,
des deux pieds dans le sable – ,
( mais le soleil n’est pas le même

quand je tourne la page ):
je ne suis plus capable
d’en faire un poème,

parce que je ne suis plus là
pour te raconter le vent tiède
précédant l’orage :

deux mois ont passé déjà …
….Non, ce n’est pas de Suède
que je rapporte les images…

imagine plutôt la jungle proche:
elle s’accroche sur la moindre roche
et la photo n’en montre rien ;

pas un coquillage,
pas de varan pour témoin
dont je guetterais l’approche:

C’est par hasard, que j’ai trouvé égaré
un morceau de corail, et un tout petit bénitier,
au fond de ma poche !

voir « suite malaise » de Susanne


Dominique Le Buhan – l’histoire continue des saisons


peinture Arkhip Kuindzhi

Le gris du jour, de la nuit le clair-obscur
s’unissent en l’histoire continue des saisons :
au revers de l’action, c’est être patience
que d’éprouver des heures durant leur cours :
c’est attendre de l’objet l’ombre au soleil,
savoir qu’à ce moment la chair aura l’éclat —
c’est espérer de la flamme la crue des couleurs
liées à des textures perçues sans les toucher.

Ce feu sécrète en nous le ductile espace
par les jeux du bois sec et de la cendre —
et déjà la rose d’hiver donne le blanc,
blanc repris par fleurs qui percent la neige,
puis la tulipe à son tour est la fraîcheur,
la rose avive la brique et le bleu de l’ardoise,
enfin la pivoine de son rouge touche le vert —
et le bruit de nos mots est un murmure sonore.

extrait des « heures inégales » ed Fata Morgana


Louis Guillaume – Causse noir


photo RC causse lozérien

J’erre dans un pays dont j’ai perdu la carte
Je ne sais plus l’endroit des puits.
Des ravins me font signe où la source est tarie
Où sont morts les feux, des bergers.

Quand je trouve un sentier mon pas soudain
trébuche
Et le roc sous moi s’amollit.
De nouveau c’est la plaine à l’horizon collée
L’étendue morne et sans mirages.
Pousserai-je le cri qui refera surgir
Des logis, des bois habités
Quelle statue de chair crevant le cœur des sables
Montrera du doigt l’oasis ?
Je m’égare en moi-même et le soir s’épaissit
L’ombre marche en silence et ne veut pas me dire
Où l’étoile est ensevelie.


Francis Blanche – j’ai rêvé ma vie


photo Boris Wilensky

J‘ai rêvé ma vie
les yeux grands ouverts
me suis réveillé
quand c’était l’hiver

La neige était là
le ciel était gris
le vent était froid
je n’ai pas compris

Mes beaux soirs d’avril
que j’avais rêvés
où donc étaient ils
j’en aurais pleuré

Faites-moi plaisir
commence sans moi
laissez-moi dormir

…. j’étais fait pour ça…


Marie Murski – le matin jupe claire


peinture Marsden Hartley – ( Song of Winter Series), 1908

Le matin jupe claire
dans la rondeur des chances
un raccourci pour prendre l’heure
la relève des guetteurs.

M’aime-t-on dans les sous-bois
dans les rivières
au creux des bras perdus
dérivant vers le lieu du berceau
accroché à l’étoile morte ?

Obstacle
roulis des murs sans joie
le soir passe
un couteau sur la hanche.

Qui donc s’envole ainsi
Emporte le bleu et le blanc
Et désole mon désert ?


Extrait de Si tu rencontres un précipice :


Constantin Cavafis – Je m’en suis allé


montage RC

J’ai ignoré toute entrave. Je m’en suis allé.
Je suis parti vers la nuit illuminée
aux jouissances moitié réelles,
moitié issues de mon imagination.
Et j’ai bu des vins forts, tels
que n’en boivent que ceux
qui ne craignent pas la volupté.


Clara Ness – La parade sauvage ( juin – nouveau carnet )


montage RC

Aussitôt que je me remets à écrire, je pense à Luiz, j’ai quelque chose à régler avec lui par (écriture, une vengeance, un sentiment très vilain, très violent ) , je veux toujours me mesurer à sa médiocrité , mais aussi à son intuition, je sais que je le cherche Quelque part dans les mots, comme si j’espérais quainsi il réapparaisse. «Toujours tel il apparaisse/Entre tes mains sans paresse»…

Oui nous avions bien ri, un soir de juin, en découvrant l’extraordinaire perversité de ce poème, cachée derrière l’éventail de métaphores en apparence bien innocentes.

extrait de la revue « Jet d’encre »


Michèle Finck – Le dit de la cathédrale de Strasbourg –


František Kupka – Madame Kupka parmi les verticales
Quatrième vitrail
Labyrinthe
Qui n’a pas regardé
L’autre pleurer
Ne le connaît pas.

Aimer un être
Pour la façon
Unique
Qu’il a de pleurer.

Le reconnaître
À l’odeur
De ses larmes

Toucher les traces
Que tes larmes laissent
Sur mon visage.
Cartographie étrange
Dont nul n’a la clé.

Dans le labyrinthe
De tes larmes
Avancer
À tâtons :
Éblouie.

Tes larmes
Nous élèvent
Au-dessus
De la poussière.

Tu pleures je ferme les yeux
Pour t’écouter pleurer
À nos pieds la cathédrale
De grès rose
Lentement tournoie.

L’essentiel est invisible
Aux sans-larmes.

Visage contre visage
Savons-nous encore
Qui de nous deux pleure ?

Mes larmes
Coulent
De tes yeux.

Connaissance par les larmes, Arfuyen, 2017,

voir également : la pierre et le sel (actualité et histoire de la poésie)

.