voir l'art autrement – en relation avec les textes

auteurs étrangers

Luis Cernuda – remords en costume de nuit


auteur non identifié

Un homme gris marche dans la rue de brouillard ;
Personne ne le devine. C’est un corps vide ;
Vide comme pampa, comme mer, comme vent,
Déserts d’amertume sous un ciel implacable.

C’est le temps passé, et ses ailes maintenant
trouvent parmi les ombres une force pâle ;
C’est le remords, qui de nuit, hésitant,
Secrètement approche une ombre insouciante.

Ne serrez pas cette main. Plein d’orgueil le lierre
S’élèvera recouvrant les troncs de l’hiver.
Invisible dans le calme l’homme gris marche.
N’entendez-vous pas les morts ? Mais la terre est sourde.


Remordimiento en traje de noche
Un hombre gris avanza por la calle de niebla;
No lo sospecha nadie. Es un cuerpo vacio;
Vado como pampa, como mar, como viento,
Desiertos tan amargos bajo un cielo implacable.

Es el tiempo pasado, y sus alas ahora
Entre la sombra encuentran una pdlida fuerza;
Es el remordimiento, que de noche, dudando,
En secreto aproxima su sombra descuidada.

No estrechéis esa mano. La yedra altivamente
Ascender a cubriendo los troncos del invierno.
Invisible en la calma el hombre gris camina.
i No sentis a los muertos? Mas la tierra esta sorda.



Emily Dickinson – poème 566


Poème 566//

graph sur les murs d’Arles lors des rencontres photographiques

Son visage n’a que peu de Carmin
Sa Robe – manque d’Emeraude –
Ce qui la rend Belle – l’amour qui est en elle –
Et cet amour – rend visible – le mien


Seamus Heaney – Hélicon personnel


   
            à Michael Longley

Enfant, j’étais fou des puits,
Des vieilles pompes avec leurs seaux et leurs poulies.
J’aimais la chute noire des parois, le ciel captif, les odeurs
D’herbes aquatiques, de moisi et de mousse humide.

Il y en avait un, dans une briqueterie, au couvercle
De bois pourri. Quel délice, le claquement riche du seau
Quand il tombait droit au bout de la corde !
Si profond qu’on n’y voyait point de reflet.

Un autre, peu profond, sous un fossé de pierres sèches,
Grouillait de vie comme tout aquarium.
Quand on extirpait de longues racines de la gadoue
Un visage blanc planait sur le fond.

D’autres étaient pleins d’échos et mon appel me revenait
Chargé d’une musique nouvelle et claire. L’un encore m’effrayait.
Car là, du milieu des fougères et des hautes digitales
Un rat surgit qui gifla mon reflet.

Maintenant, fouiller dans les racines, tâter la vase,
Narcisse aux grands yeux, scruter le fond d’une source,
Ce n’est point là tâche d’adulte. Je rime
Pour me voir, pour que le noir résonne d’échos.

            (extrait du recueil de poèmes ( 1966-1984 ) paru chez Gallimard "du monde entier 1988 "



Edith Södergran – l’appel du feu


L’éclair


éclair qui te caches dans un nuage,
éclair bleu que je vois,
Quand jailliras-tu ?
Eclair, ô toi, béni,
Chargé de foudre, fécondant, purifiant,
Je t’attends, exténuée.

Mon corps gît comme une loque
Pour pouvoir une fois, saisi par des mains électriques,
plus ferme que tous les minerais de la terre,
envoyer l’éclair.


Miguel Angel Asturias – marimba chez les indiens


La marimba pond ses œufs dans les astres…

Oh la la, quel caquet
pour un œuf que tu ponds !

Eh, venez donc le pondre !
La marimba pond des œufs dans les astres…
Le soleil est son coq, il la coche, il la saigne.
La marimba pond des œufs dans les astres.

Oh la la, quel caquet
pour un œuf que tu ponds !

Eh, venez donc le pondre !

Dans les calebasses au trou noir de noix de coco
et aux membranes de tripes tendues il y a des
sanglots de mouches,
de poissons-mouches, d’oiseaux-mouches…

Et le charivari de la perruche verte
et le crépitement de l’oiseau jaune en flammes,
et le vol tournoyant du guêpier bleu de ciel,
et les quatre cents cris du moqueur d’Amérique.

Le moqueur a sifflé, le guêpier a volé
l’oiseau jaune a flambé, la perruche a crié.

Oh la la, quel caquet
pour un œuf que tu ponds !

Eh, venez donc le pondre !

Musique entre les dents et la peur endormie,
jetée par des hommes de pierre-foudre vêtus de blanc,
qui du haut du soleil tendent leur bras de feu
et leurs doigts armés de baguettes brûlées aux longs
cheveux de caoutchouc
qui frappent la face sonore du clavier à peine soutenue
par les fils de quatre couleurs
en bariolant les airs : vert, rouge, jaune, bleu….

Son-roulement de pluie des tissages célestes !
Son-roulement de pluie de la ruche du monde !
Son-roulement de pluie de la sueur des humains !
Son-roulement de pluie du pelage du tigre !
Son-roulement de pluie de la robe de plumes !
Son-roulement de pluie des robes de mais !


Caroline Dufour – Saturation


peinture RC

et l’arbre se tient béant
devant tant d’yeux
sur le vide
et tant de vide
à vendre

d’autant béant
qu’autour de lui,
la blanche tombe cristalline
comme une grande
chanson d’amour

des milliards de
diamants cosmiques
projetés
d’une bouche céleste
sur un monde

gorgé

mais que
sais-je, se dit-il,
de l’instable
peut-être, dans
sa parfaite élégance, sa
courbure patiente

· du site de Caroline D  » Si j’étais un arbre »


Rabah Belamri – l’oiseau


l’oiseau qui fait courir les bergers
ne viendra pas
la fenêtre restera déserte
cette nuit il chantera pour la rose

(le songe émigre avec le verbe)

l’oiseau qui fait courir les bergers
viendra ce soir
la fenêtre restera ouverte
sur la douleur de la rose


Djamal Benmerad – neutre et mort


peinture Bram Van de Velde
    

Tu n’entends pas
la rosée du matin
ni le souffle du vent
dans les bois
ni le rire moqueur de la mouette
Tu ne vois pas le vif
des cerises pulpeuses
Tu ne connais pas
le mal de la torture
Tu ne sens pas
sous tes doigts
la chair frissonnante
de la nubile

Tu ne te bats pas

En vérité
tu es déjà mort
ou presque

Le métier d’exil
Ici on ne meurt pas
on rampe

La visière de l’exil
projette de l’ombre sur nous
et ennuage nos rêves

Ô camarades !
Si mon absence se prolonge
l’écharpe risque de ternir
et je n’hériterai d’aucun baiser
que j’aurais donné

extrait de l’anthologie « points » de la poésie algérienne

poèmes et  autres tracts, Éd. Rebelles, Belgique, 2004.

voir aussi le site de l’auteur


Cees Nooteboom – Soir –


Henri Le Sidaner – Petite table sur la rivière au crépuscule (Nemours 1921)

                               en mémoire de Hugo Claus*
                                        

La chaise bleue sur la terrasse, café, soir,
l'euphorbe tendue vers des dieux absents,
nostalgique de la côte, tout n'est qu’alphabet
de désirs secrets, ceci est son
dernier visage avant le noir,

le voile dans sa tête. Il le sait,
elles disparaîtront, les formes des mots,
dans son calice ne laissant plus que lie,
les lignes désormais sans lien

qui jadis étaient des pensées,
ici ne viendra plus un mot
de vrai. Gravats de grammaire,
images bougées, sans pont,

du vent le bruit encore
mais plus le nom,
quelqu’un l'a dit
et la mort était sur la table,

valet lambin en attente
dans le couloir, au rire bête,
feuilletant son journal
aux échos de sens perdu.

Tout cela il le sait, l’euphorbe,
la chaise bleue, le café sur la terrasse,
le jour qui l’enveloppe avec lenteur et 
puis l’emporte à la nage,
animal débonnaire

avec sa proie.


* Hugo Claus (5/04/1929-19/03/2008) , écrivain, poète, dramaturge, scénariste et réalisateur belge d’expression néerlandaise était atteint d’une maladie d’Alzheimer.

.

Le visage de l’œil
poèmes traduits du néerlandais par Philippe Noble
Actes sud


Sandro Penna – De retour à la mer de mes vingt ans –


Léon Spilliaert – Digue à Ostende –
De retour à la mer de mes vingt ans,
au soir, je traversai les boulevards tièdes 
et je cherchais mes compagnons d’antan…

Je humais comme un loup déchainé
l’ombre chaude des maisons. Un parfum
vide et ancien me chassait vers la plage
grande ouverte sur la mer. Pour y trouver
l’amertume la plus claire et mon ombre
lunaire, figée sur ce parfum d’antan.

             * 
Quando tornai al mare di una volta,
nella sera fra i caldi viali
ricercavo i compagni di allora…

Come un lupo impazzito odoravo 
la calda ombra fra le case. L’odore
antico e vuoto mi cacciava all’ampia
spiaggia sul mare aperto. Lì trovavo
l’amarezza più chiara e la mia ombra
lunare ferma su l’antico odore.

              *

Sandro Penna

Poésie/Poèmes

(1973)

traduit de l’italien par

Pierre Lepori

Editions d’en bas


Miroslav Florian – les cheveux de l’amoureuse


Violon, violon, ouvre la danse

Mon amoureuse est là
Elle penche sa tête vers moi
ses cheveux sentent la camomille
elle les a rincés dans la prairie.
Ses cheveux sentent bon le pré
Son corps embaume le miel
mais dans ses yeux un essaim veille
ce sont des abeilles en colère
prêtes à fondre sur le voleur

extrait de « la maison ouverte » – nouvelle poésie tchèque –


Abdallah Zrika – ivresse de l’effacement 3


montage RC

L’amertume ne vient
qu’après la soie d’une blancheur
et l’or d’une main

La lamentation quand elle s’élève
ne se guérit pas par l’ivresse
d’un œil et la bougie d’un front

Tu montes les échelles d’un visage
et tu tombes dans le fond
d’un poème

Tu montes l’arbre de l’énoncé
et tu dors sous l’orange
d’une poitrine

Mais que doit-il rester de toi
pour que quelque chose reste de toi ?

Les conteurs eux-mêmes fuient
ta tombe

Les oiseaux emportent les cheveux
des filles de tes mots

Même la terre
n’est pas attirée
par la pâleur de ton visage

Quand le bois de ton nom
se tord
sous le froid d’un automne.

reblog du site « terre de femmes »


Linda Maria Baros – Droit de libre pratique



photo Sebastiao Salgado – Inde

Nous sommes montés dans les camions et avons ri,
nous avons bu et craché.
Nous roulions tous à grande vitesse ; la tête tranchée
de la ville se cognait contre le pare-brise.
Nos amis courraient toujours sur des toits huileux
et le drapeau, le drapeau flottait parmi nous
et nous cognait droit dans le visage,
nous lacérait la joue, nous fendait le front.

Mais nous avons hurlé, nous étions vingt
et sommes devenus cent,
et nous roulions à grande vitesse
par-dessous les tristesses de sel des toits.
Notre passage coupait la ville en deux,
aux fenêtres veillaient des têtes en bois
qui dépeçaient naguère dans le delta
les chevaux à la scie.
Nous avons ri et bu, nous avons craché,
nous nous sommes roulés par terre.
C’était, pour de vrai, un jour de fête !

Les tireurs nous connaissaient par cœur
et caressaient de loin notre tête,
notre front, avec des gestes mécaniques,
translucides et froids.
Et notre tête se cognait, le long de la route,
sans le savoir, contre le pare-brise,
contre l’asphalte.

Mais ils nous faisaient à nouveau monter dans les camions.
Et nous étions vingt à nouveau et nous avancions encore
à grande vitesse, dans la cadence lumineuse
des balles traçantes.
Puisque c’était, à notre insu, un jour de fête !

in  » la nageuse désossée » Le Castor Astral ( voir le pdf dispo dans poezibao )


Pablo Neruda – Aujourd’hui –


Henri Lebasque – (1865-1937) –

Nous sommes aujourd’hui : hier, doucement, a chu
entre des doigts de jour et des yeux de sommeil,
demain arrivera de sa verte démarche,
et nul n’arrêtera le fleuve de l’aurore.

Et nul n’arrêtera le fleuve de tes mains,
pas plus que de tes yeux le sommeil, bien-aimée,
tu es le tremblement des heures qui s’écoulent
de la lumière abrupte au soleil de ténèbres,

et sur toi c’est le ciel qui referme ses ailes
et il t’emporte et il t’apporte dans mes bras
ponctuel, avec sa courtoisie mystérieuse.

C’est pour cela que je chante au jour, à la lune,
à la mer et au temps, à toutes les planètes,
à tes mots de clarté, comme à ta chair nocturne.

*

.

Es hoy : todo el ayer se fue cayendo
entre dedos de luz y ojos de sueño,
mañana llegará con pasos verdes :
nadie detiene el río de la aurora.

Nadie detiene el río de tus manos,
los ojos de tu sueño, bienamada,
eres temblor del tiempo que transcurre
entre luz vertical y sol sombrío,

y el cielo cierra sobre ti sus alas
llevándote y trayéndote a mis brazos
con puntual, misteriosa cortesía :

por eso canto al día y a la luna,
al mar, al tiempo, a todos los planetas,
a tu voz diurna y a tu piel nocturna.

*

La centaine d’amour

nrf

Poésie Gallimard


Rainer Maria Rilke – C’est presque l’invisible qui luit


C’est presque l’invisible qui luit
au-dessus de la pente ailée ;
il reste un peu d’une claire nuit
à ce jour en argent mêlée.

Vois, la lumière ne pèse point
sur ces obéissants contours
et, là-bas, ces hameaux, d’être loin,
quelqu’un les console toujours.

( extrait des quatrains valaisans )


Fernando Pessoa – Le livre de l’intranquillité (extrait) 170


Giorgio de Chirico – L’incertitude du poète –

Depuis que les dernières pluies ont émigré vers le sud, et qu’il n’est resté que le vent qui les avait balayées, on a vu revenir sur les collines de la ville la gaieté d’un beau soleil, et surgir aux fenêtres des quantités de linge blanc qui dansait, suspendu à des cordes soutenues par des bâtons posés perpendiculairement, tout en haut des façades de toutes les couleurs.
Moi aussi, j’étais content, parce que j’existe. Je suis sorti de chez moi mû par un grand dessein – celui, en fait, d’arriver à l’heure à mon bureau. Mais, ce jour-là, la pulsion même de la vie participe de cette autre pulsion heureuse qui fait que le soleil se lève à l’heure prévue par l’almanach, selon la latitude et la longitude des divers lieux de la terre. Je me suis senti heureux, simplement parce qu’il était impossible de me sentir malheureux. J’ai descendu la rue tout tranquillement, empli de certitudes car, enfin, le bureau bien connu, les gens connus que j’allais y rencontrer, étaient autant de certitudes. Rien d’étonnant à ce que je me sente libre, sans savoir de quoi. Dans les corbeilles posées au bord des trottoirs, rue da Prata, les bananes à vendre, sous le soleil, étaient d’un jaune éclatant.
Je me contente, finalement, de bien peu de chose : voir cesser la pluie et briller le bon soleil de notre Sud béni, voir des bananes d’un jaune vif, contrastant avec leurs taches brunes, et les gens qui les vendent grâce à leur verbiage – les trottoirs de la rue da Prata, le Tage, tout au bout, d’un bleu verdi d’or, tout ce petit coin familier du système de l’Univers.
Le jour viendra où je ne verrai plus rien de tout cela, où me survivront les bananes au bord des trottoirs, la voix des marchandes finaudes, et les journaux du jour que le petit vendeur a étendus, côte à côte, sur le trottoir d’en face, au coin de la rue. Je sais bien que ce seront d’autres bananes, d’autres marchandes, et que les journaux, quand on se penchera pour les regarder, porteront une autre date que celle d’aujourd’hui. Mais eux, qui ne vivent pas, peuvent durer, même s’ils changent ; moi qui vis, je passe, même si je reste le même.
Je pourrais consacrer solennellement cette heure en achetant des bananes, car on dirait qu’en elles s’est projeté le soleil tout entier, comme un photophore sans appareil. Mais j’ai honte des rituels, des symboles, honte aussi d’acheter quelque chose dans la rue. On pourrait ne pas bien empaqueter mes bananes, ne pas me les vendre comme on doit les vendre, parce que je ne saurais pas les acheter comme on doit les acheter. On pourrait trouver ma voix bizarre, quand je demanderais le prix. Mieux vaut écrire que risquer de vivre, même si vivre se réduit à acheter des bananes au soleil, aussi longtemps que dure le soleil et qu’il y a des bananes à vendre.
Plus tard, peut-être… Oui, plus tard… Un autre, peut-être… Je ne sais…

Le livre de l’intranquillité

Christian Bourgeois Editeur


Heinrich Böll – se dérober à tous les risques


Il y a des artistes, des maîtres qui sont devenus de simples routiniers mais, sans se l’avouer à eux-mêmes ni le confesser à autrui, ils ont cessé d’être des artistes.

On ne cesse pas d’être un artiste en produisant quelque chose de mauvais mais à partir du moment où l’on commence à se dérober à tous les risques.

extrait de la plaquette  » Je veux le cheveu qui est tombé de la tête »


Hannah Arendt – Heureux celui qui n’a pas de patrie


montage R C

La tristesse est comme une lumière dans le coeur allumée,
L’obscurité est comme une lueur qui sonde notre nuit.
Nous n’avons qu’à allumer la petite lumière du deuil
Pour, traversant la longue et vaste nuit, comme des ombres nous retrouver chez nous.
La forêt est éclairée, la ville, la route et l’arbre.

Heureux celui qui n’a pas de patrie ; il la voit encore dans ses rêves.

Die Traurigkeit ist wie ein Licht im Herzen angezündet,
Die Dunkelheit ist wie ein Schein, der unsere Nacht ergründet.
Wir brauchen nur das kleine Licht der Trauer zu entzünden,
Um durch die lange weite Nacht wie Schatten heimzufinden.
Beleuchtet ist der Wald, die Stadt, die Strasse und der Baum.

Wohl dem, der keine Heimat hat; er sieht sie noch im Traum.


Orhan Veli – En mal de mer


photo transfo RC

Des bateaux traversent mes rêves
Par-dessus les toits, bateaux pavoisés ;
Moi le malheureux,
Moi en mal de mer depuis des années,
Je regarde, regarde et pleure.

Je me souviens de mon premier regard sur le monde
A travers la coquille d’une moule :
Le vert de l’eau, le bleu du ciel,
Le plus moucheté des éperlans…
De la blessure ouverte sur une huître
S’écoule mon sang encore salé
.
Nous étions partis comme des fous,
Au large, vers l’écume toute blanche !
L’écume n’a pas le cœur méchant,
L’écume ressemble aux lèvres ;
Faire l’amour avec l’écume
N’est pas un péché pour l’homme.

Des bateaux traversent mes rêves
Par-dessus les toits, bateaux pavoisés ;
Moi le malheureux,
Moi en mal de mer depuis des années.

d’autres écrits de ce poète turc sont visibles ici entre autres


Yann-Fulub FOLLET


Sylvie Chacon – Après la pluie


 Laisse-moi marcher tout près de toi, rêve
 Écouter les gouttes de pluie frissonnant 
                                crescendo
 Notes blanches et notes noires
 Fermer les yeux à l’approche du printemps
 Préludant aux coucher de soleil, 
                      fin d’un autre hiver 
                                            
 J’ai dans la tête un isthme de matin bleu
 Que la rosée de Carélie inonde parfois 
                            de son aurore…
                                           


 21.04.1878

Lettres de Carélie – poèmes

Editions des Orgevaux


Yannis Ritsos – Au balcon


photo Alspix

Après la représentation
il demeura caché au balcon
dans l’obscurité.
Le rideau est grand ouvert.
Régisseurs du théâtre,
accessoiristes, éclairagistes
démontent les décors ;
ils ont ramené au sous-sol
une grande lune de verre,
ont éteint les lumières,
s’en sont allés,
en fermant les portes à clef.

À ton tour maintenant,
sans lumières,
sans décors et sans spectateurs,
de jouer ton propre rôle.

Athènes, 4.III.85

texte extrait du recueil  » Balcon » ed B Doucey 2017


Constantin Cavafis – La première marche –


Photomontage RC



A Théocrite un jour
vint se plaindre le jeune poète Eumène :
« Cela fait maintenant deux ans que j’écris 
et en tout, je n’ai composé qu’une idylle.
C‘est la seule achevée de mes oeuvres.
Hélas, comme il est élevé, je le vois bien, 
le grand escalier de la Poésie; 
et de la première marche où je suis, jamais 
je n’arriverai à monter, malheureux de moi ».

Et Théocrite de dire: « Semblables propos 
sont déplacés et blasphématoires.Même si tu n’es 
parvenu que sur la première marche, il te faut 
en éprouver du bonheur et de la fierté.
Ce n’est pas rien d’en être arrivé là; 
du peu que tu as fait, la gloire est immense.
Car cette première marche, à elle seule, 
éloigne beaucoup du monde ordinaire.
Pour poser le pied sur cette marche, 
il te faut être de plein droit 
citoyen de la cité des idées.
Et dans cette cité-là, il est difficile 
et rare de se voir inscrit parmi les citoyens.
Sur la place se trouvent de grands Juges
qu’aucun escroc ne saurait tromper.
Ce n’est pas rien d’en être arrivé là;
du peu que tu as fait, immense est la gloire.»


En attendant les Barbares

et autres poèmes

Poésie Gallimard


Wang Wei – vague de saules


en rangées distinctes

    se succèdent les arbres

            magnifiques

leurs ombres inversées

         traversent 

les ondes cristallines

pas comme dans les canaux du Palais impérial

où le vent du printemps

      attriste toutes les séparations

Wang Wei est un poète chinois du 8è siècle


Alejandro Oliveros – Table de travail


Pablo Picasso – Intérieur à la jeune fille qui dessine –
Table de travail

Au petit matin,
avant que les coqs
ne se perdent dans le ciel,
j’écris sur tes jambes
et restent au sol
mes plumes et mes livres.
Voici ma table de travail :
ici j’écris de mes doigts
contes et poèmes
sur les feuilles de ton corps.
Dans une maison lointaine sont restés
tous mes livres et mes papiers,
les éditions de Catulle et d’Horace
et le théâtre complet de Shakespeare.
Loin de mes cahiers, seul
me reste le papier de ta peau,
en ce si petit matin
où les murs sont aveugles.

Mesa de trabajo 

En las horas más pequeñas,
antes que los gallos
se pierdan en el cielo,
escribo entre tus piernas,
donde quedaron
mis plumas y libros en el suelo.
Es mi mesa de trabajo, 
aqui escribo con mis dedos
los cuentos y poemas
en las hojas de tu cuerpo.
En una casa lejana han quedado
todos mis libros y papeles, 
las ediciones de Catulo y Horacio
y el teatro entero de Shakespeare.
Lejos de mi cuadernos, solo
me queda el papel de tus pieles,
en estas horas mas pequeñas,
cuando son ciegas las paredes.



Le Royaume perdu

Editions CONFERENCE


Zao-Wou-ki – Peindre, toujours


Peindre, peindre, toujours peindre, encore peindre le mieux possible,

le vide et le plein, le léger et le dense, le vivant et le souffle


Rose Ausländer – Moi une petite fleur –


Photomontage RC
Moi une petite fleur


Pourtant les roses 
hautes comme l’été 
les papillons 
les ailes des mouettes 
au-dessus de la rivière

Non
Je n’oublie pas 
les années marquées au fer
je n'oublie pas 
que des bottes 
ont piétiné l’arc-en-ciel 
qu’elles s’apprêtaient 
à nous transformer en 
roses de feu papillons de feu ailes de feu

pourtant hauts comme l’été 
le parfum
les ailes doubles au-dessus de la rivière 
l’or sur ma peau

et les roses mortes 
après la nuit

Ich eine kleine Blume


Dennoch Rosen 
sommerhoch 
Schmetterlinge 
Möwenschwingen 
überm Fluβ

Nein
ich vergesse nicht 
die eingebrannten Jahre 
ich vergesse nicht 
daβ Stiefel
den Regenbogen zertraten
daβ sie sich rüsteten
uns zu verwandeln in
Feuerrosen Feuerfalter Feuerschwingen

dennoch sommerhoch 
der Duft
die Doppelflügel überm Fluβ 
das Gold auf meiner Haut

und die toten Rosen 
nach der Nacht


       **
                   

ich spiele noch – je joue encore

traduction alba chouillou

LE BOUSQUET-LABARTHE éditions


Julian Tuwin – pensif dans une ville étrangère


photo: Vivian Maier

Dans ce petit café du coin,

Contre le mur frais et intime,

Très étranger, très anonyme,

Je fredonne des airs anciens.

Privé de paroles, de sons,

Du seul regard, dans le jour gris,

Un homme solitaire prie

Pour d’éternelles questions.

J’ignore demain et hier,

Là tout finit, là tout commence,

Ici et partout, tremble et danse

Une miette de l’univers.

Sortons. il n’y a pas de voie

A mon silence et à mon chant.

Pour vous, pierres, et pour toi, vent,

Je chante, homme aux abois !